Québec fait le jeu des islamistes, prévient Houda-Pépin

Fatima Houda-Pépin a témoigné devant la commission parlementaire chargée... (PHOTO PC)

Agrandir

Fatima Houda-Pépin a témoigné devant la commission parlementaire chargée d'étudier le projet de loi 59.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement Couillard fait le jeu des islamistes avec son projet de loi sur le discours haineux, a prévenu l'ancienne députée libérale Fatima Houda-Pepin lundi.

Selon l'ex-députée de La Pinière, le projet de loi 59 donnerait une protection juridique aux islamistes. D'une part, il ne comprend aucune disposition particulière pour contrer leur discours politique et religieux. De l'autre, il leur permet de dénoncer ceux qui les critiquent à la Commission des droits de la personne.

«Si le projet de loi 59 avait été en vigueur en 2005, au moment où j'ai lutté contre la charia, je n'aurais pas pu le faire, a-t-elle dit. J'aurais été attaquée et condamnée pour islamophobie par ces groupes.»

Mme Houda-Pepin témoignait devant la commission parlementaire chargée d'étudier le projet, qui a été présenté par le gouvernement libéral au printemps dans le cadre d'un vaste plan de lutte à la radicalisation.

Selon elle, Québec devrait créer un centre de recherche sur l'intégrisme afin de contrer la menace islamiste.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a assuré que son initiative n'empêchera personne de critiquer des extrémistes religieux.

«Ça n'empêche pas de dénoncer, a-t-elle assuré au terme de la journée. L'objectif, c'est d'empêcher des propos qui entraîneraient une haine de l'autre en raison de son signe distinctif, parce que c'est une femme ou un homosexuel.»

Le projet de loi pourrait aussi bien cibler les propos d'un imam extrémiste que d'un militant néonazi, a illustré la ministre Vallée.

Un témoignage attendu

Les partis de l'opposition ont fait écho aux commentaires de Mme Houda-Pepin.

«Les gens comme elle qui se battent contre les radicaux et les intégristes depuis autant d'années sont très inquiets de ce projet de loi», a souligné la députée du Parti québécois Agnès Maltais.

La députée de la Coalition avenir Québec Nathalie Roy estime que le gouvernement Couillard devrait cibler plus particulièrement le discours islamiste.

«Il y a 43 articles et nulle part dans ce projet de loi on ne parle d'interdire des discours qui porteraient sur l'intégrisme, l'extrémisme religieux, les dérives religieuses, la radicalisation, l'endoctrinement, a dénoncé Mme Roy. Ces mots-là n'existent pas dans la loi. Décidément, le gouvernement Couillard n'a aucun courage à cet égard.»

Le témoignage de Mme Houda-Pepin était attendu. L'ancienne députée a été exclue du caucus libéral par Philippe Couillard en 2013 lors du débat sur la Charte de la laïcité du gouvernement Marois.

Si le projet de loi 59 est adopté tel quel, Québec accorderait à la Commission des droits de la personne le pouvoir de mener des enquêtes si elle juge qu'un groupe ou une communauté est la cible de discours haineux. L'organisme pourrait infliger des amendes allant jusqu'à 20 000$ à une personne trouvée coupable.

Le projet a été dénoncé comme une atteinte à la liberté d'expression, notamment par l'avocat Julius Grey.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer