Souveraineté: Péladeau veut parler de partage des actifs fédéraux

Pierre Karl Péladeau... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Rimouski) Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau entend dissiper le flou autour du projet souverainiste et en définir les contours avant les prochaines élections générales, en 2018. Il veut établir qu'un Québec indépendant récupérerait des actifs fédéraux comme des avions de chasse CF-18 et partagerait la dette du Canada.

Armée québécoise ? Monnaie commune avec le reste du Canada ? Part de la dette fédérale ? Pour M. Péladeau, il faut apporter des réponses à toutes ces questions qui ont bien souvent embêté les chefs du parti dans le passé, souvent en pleine campagne électorale.

« Le Parti québécois va répondre à toutes les questions qui sont susceptibles d'être posées. Pas parce qu'elles sont susceptibles d'être posées, mais parce qu'elles doivent être posées. Et nous devons apporter une réponse qui est attendue de la part des compatriotes et des concitoyens du Québec », a affirmé M. Péladeau mardi, à son arrivée à la réunion du caucus de son parti à Rimouski.

Comme il l'avait promis lors de la course à la direction du PQ, il créera un institut de recherche scientifique et appliquée sur l'indépendance afin de préparer les « réponses ». Une annonce serait faite bientôt à ce sujet. « Nous y travaillons », a-t-il dit.

Il a reconnu que le Parti québécois a peu défini les contours de son projet dans les dernières années. « J'avoue que depuis 1995 nous n'avons pas énormément parlé d'indépendance du Québec. » 

M. Péladeau a fait valoir que les Québécois ont payé une foule d'actifs du gouvernement fédéral et qu'ils devraient en récupérer une part s'ils décident de faire l'indépendance. « Que l'on pense aux F-18, aux ouvrages fédéraux, les ponts, les aéroports, le quai ici de Rimouski ». « Ce sont des contributions qui ont été faites par les Québécois et les Québécoises tout au long de la confédération. Et ce sont des centaines de milliards de dollars. Et ça nous appartient », a plaidé M. Péladeau.

« Je ne veux pas faire trop d'histoire, mais il fut un temps évidemment où le Haut et le Bas-Canada, et le Québec, fut un grand contributeur de la fédération. Et en conséquence, c'est aussi le Québec, et surtout le Québec, qui a financé le développement de la fédération canadienne depuis les dernières décennies. »

Il a admis que la même logique devra prévaloir au sujet de la dette fédérale. Le PQ a « le devoir et l'obligation de consacrer toutes les énergies et les efforts pour faire une analyse très détaillée en ce qui concerne la dette fédérale », a-t-il affirmé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer