Couillard vante sa gestion des finances publiques à New York

Philippe Couillard... (ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

Philippe Couillard

ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Schaeffner
La Presse Canadienne
New York

Pour sa première journée à New York lundi, le premier ministre Philippe Couillard a martelé son message de «gestion prudente des finances publiques» aux différents gens d'affaires qu'il a eu l'occasion de rencontrer.

S'il a mentionné le Plan Nord, la Stratégie maritime ou la nouvelle stratégie de l'aluminium, le premier ministre a particulièrement tenu à souligner à ses interlocuteurs son engagement envers un assainissement des finances publiques québécoises.

«Les gens retrouvent confiance envers le Québec parce qu'ils voient la gestion prudente des finances publiques, de la dette, et un gouvernement qui est ouvert à l'investissement et au développement économique avant tout», a-t-il plaidé à la sortie d'une de ses deux rencontres qui se déroulaient derrière des portes closes.

Selon le premier ministre, ce message «est bien reçu» à New York, autant par les entreprises américaines déjà installées au Québec que celles qui regardent les opportunités d'investissements à l'étranger.

Organisées en partenariat avec Mercer, un géant de l'investissement, et avec la banque JP Morgan, ces deux rencontres ont permis au premier ministre de livrer son message à environ 70 personnes issues essentiellement du milieu des affaires et de la finance new-yorkais.

À midi, le premier ministre a pris une pause des discussions «business» pour converser culture avec des responsables d'institutions qui accueillent régulièrement des artistes québécois à Manhattan et Brooklyn.

Sur une note plus symbolique, le premier ministre devait se rendre en soirée à la Délégation générale du Québec au Rockefeller Center qui, pour la première fois, arbore le drapeau du Québec afin de souligner le 75e anniversaire de la délégation.

Philippe Couillard devait y remettre l'Ordre national du Québec à Noël Lateef, président-directeur général de la Foreign Policy Association. Cette organisation offre régulièrement une tribune aux premiers ministres du Québec lorsqu'ils sont de passage à New York.

Questionné sur le cas de la sous-ministre adjointe à l'Éducation Chantale C. Beaulieu - qui percevrait une allocation de séjour à Québec même s'il s'agirait de son lieu de travail officiel -, Philippe Couillard a reconnu que la situation semblait «surprenante».

«Je ne pourrais pas dire que l'on est très à l'aise avec la situation», a-t-il soutenu avant d'ajouter que le Secrétariat des emplois supérieurs faisait les vérifications nécessaires.

«On ne portera pas de jugement avant que les vérifications soient faites. Mais je comprends qu'à prime abord, cela puisse susciter des questions parmi la population», a-t-il poursuivi.

Mardi, le premier ministre doit conclure sa mission de deux jours à New York en s'exprimant à un événement du World Policy Institute où il sera notamment question du Plan Nord. Philippe Couillard devrait également rencontrer des journalistes américains, du New York Times et de l'Associated Press.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer