Legault évoque son départ de la CAQ

Le chef caquiste a révélé avoir jonglé avec... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le chef caquiste a révélé avoir jonglé avec l'idée de céder sa place «pour le bien du parti», alors qu'il dressait le bilan de la session parlementaire.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) François Legault a évoqué son départ comme chef de la Coalition avenir Québec, vendredi. Et il a admis que la formation politique traverse une «période difficile».

En dressant le bilan de la session parlementaire, le chef caquiste a révélé avoir jonglé avec l'idée de céder sa place «pour le bien du parti». Il dit avoir été convaincu par ses collègues de rester en selle.

«Je me dis aussi que peut-être quelqu'un d'autre va être meilleur que moi pour vendre cette excellente idée, cet excellent programme de la CAQ», a-t-il indiqué.

M. Legault a précisé sur Twitter qu'il n'a pas songé à démissionner sur-le-champ et qu'il a toujours souhaité être des élections de 2018.

Il a assuré qu'il restera à la barre de la CAQ, même après les élections de 2018.

«Après 2018, je reste, si les militants le veulent bien», a-t-il indiqué.

M. Legault a rappelé qu'il avait prédit une année 2015 difficile pour la CAQ. Le Parti québécois a profité d'une grande visibilité en raison de la course à la direction et du couronnement de Pierre Karl Péladeau. Cette situation a avantagé le Parti libéral qui profite de la «polarisation» de l'électorat sur la question nationale, selon le chef caquiste.

Le discours de la CAQ, qui est axé sur le développement économique, peine à retenir l'attention dans ce contexte, admet le chef caquiste. 

Le PLQ a d'ailleurs remporté les deux élections partielles de lundi, notamment celle dans Chauveau, pourtant gagnée par la CAQ par plus de 10 000 votes aux dernières élections générales.

«Nous, on est nationalistes ici, a dit M. Legault. M. Couillard dit qu'il faut s'enlever de la clôture et il faut être dans une des deux boîtes comme il l'a fait la dernière semaine dans Chauveau. C'est certain que c'est au désavantage de la CAQ.»

Le retour de Gilles Duceppe à la tête du Bloc québécois va renforcer cet état de fait, a convenu M. Legault. Il se dit convaincu que cette situation est temporaire et que la «lune de miel» dont profite M. Péladeau prendra fin.

«Si je n'avais pas d'espoir, je ne serais pas ici, a-t-il dit. J'ai espoir qu'on va arriver à sortir de cette polarisation et à recommencer à faire avancer le Québec, à stopper le déclin tranquille.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer