Pacte fiscal: les relations de travail feront partie des négociations

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les municipalités obtiendront-elles le pouvoir de décréter des lock-out? Pour la première fois aujourd'hui, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau ne l'a pas écarté.

Devant l'Union de municipalités du Québec (UMQ), le ministre Moreau a annoncé que les discussions entourant l'adoption d'un nouveau pacte fiscal entre le gouvernement du Québec et les municipalités seront élargies pour y inclure un débat sur les relations de travail.

« Vous réclamez de nouveaux outils, nous vous en donnerons. Nous allons donc débattre des modifications à apporter au cadre des relations de travail dans le milieu municipal. Mais je veux être clair : on ne corrige pas un déséquilibre en en créant un autre », a-t-il déclaré aux maires de la province lors d'un grand rassemblement des élus municipaux à Montréal.

Appelé à préciser sa pensée lors d'une mêlée de presse, le ministre Moreau a dit que dans le cadre du processus de réduction de la croissance des dépenses des municipalités, il était temps de parler de « l'éléphant dans la pièce » : la rémunération des employés.

Le droit de lock-out fera-t-il partie des discussions entre Québec et les municipalités? ont martelé les journalistes.

«Il n'y a pas que le lock-out, il n'y a pas que les décrets (sur les conditions de travail), il y a l'arbitrage, il y a une série de possibilités et nous, on ne veut pas fermer la porte aux discussions avant de les entamer», a-t-il répondu. «Il y a plusieurs possibilités, bien d'autres que le droit de lock-out... Les relations de travail feront partie des discussions, mais je ne vous dirai pas aujourd'hui s'il y a une piste d'atterrissage, parce que si je vous disais ça, il n'y aurait pas de discussions», a-t-il ajouté.

La présidente de l'UMQ, Suzanne Roy, a refusé d'indiquer si le droit de lock-out serait l'une de ses demandes dans le cadre des négociations du prochain pacte fiscal, qui doit être adopté cet automne. « À ce moment-ci, rien n'est exclu, tout est sur la table », a-t-elle déclaré. « On peut penser à la meilleure offre finale, au droit de lock-out, à toute une gamme d'outils, mais on va commencer par s'asseoir, travailler le chantier.»

Le syndicaliste Marc Ranger qui a assisté à la mêlée de presse du ministre Moreau s'est dit «extrêmement inquiet». «Est-ce qu'on est en train de nous dire que dans le monde municipal ce qu'on veut, c'est des conflits au cours des prochaines années?»

« C'est incroyable! On vient de voir Mme Roy réclamer un droit de lock-out pour établir un rapport de force. Ce qu'elle réclame c'est le droit de déclencher des conflits. Nommez-moi un conflit dans le monde municipal, une grève qu'il y a eu ?»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer