Exclusif

Île d'Anticosti: Alexandre Cloutier estime qu'il faut stopper l'exploration

Alexandre Cloutier ne s'oppose pas à la première... (PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Alexandre Cloutier ne s'oppose pas à la première phase d'exploration d'Anticosti, actuellement en cours. Il souhaite cependant que la deuxième phase, qui prévoit des activités de fracturation, soit mise sur la glace.

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La question du pétrole fait émerger de nouvelles lignes de fracture dans la course à la direction du Parti québécois. À 24 heures du deuxième débat des candidats, Alexandre Cloutier se dissocie de la politique du gouvernement Marois et affirme qu'il faut stopper l'exploration dans l'île d'Anticosti.

Avec cette nouvelle prise de position, le député de Lac-Saint-Jean s'oppose à Pierre Karl Péladeau et à Bernard Drainville, qui se sont prononcés pour l'extraction du pétrole d'Anticosti. Martine Ouellet, elle, était ministre des Ressources naturelles lorsque Québec a lancé l'exploration.

Pierre Céré s'oppose à l'extraction du pétrole d'Anticosti, tout comme Jean-François Lisée, qui s'est retiré de la course.

«Avant de procéder à la fracturation sous quelque forme que ce soit, il faut approfondir le niveau de connaissances actuel pour assurer qu'il n'y ait pas de décision prématurée qui pourrait avoir des conséquences irréversibles pour le Québec», indique M. Cloutier en entrevue.

Moratoire

Il note que Québec a adopté un moratoire sur l'exploration du gaz de schiste. Or, cette industrie utilise la même technique - la fracturation hydraulique - que celle qui permettra d'extraire le pétrole de schiste dans l'île d'Anticosti.

M. Cloutier ne s'oppose pas à la première phase d'exploration, actuellement en cours. Il souhaite cependant que la deuxième phase, qui prévoit des activités de fracturation, soit mise sur la glace.

«À mon point de vue, le même raisonnement qu'on a eu pour le gaz de schiste devrait s'appliquer pour le pétrole de schiste», résume-t-il.

Le gouvernement péquiste de Pauline Marois a-t-il commis une erreur en autorisant l'exploration? Le député affirme que non. C'est sa pensée qui a «évolué», dit-il. Depuis le lancement de l'exploration pétrolière dans l'île d'Anticosti, en février 2014, le cours du baril de pétrole a chuté de moitié.

«À l'époque, on parlait d'un potentiel de revenus de 45 milliards pour 30 ans, a-t-il souligné. Maintenant, il faut couper la poire en deux.»

Le député se montre plus favorable à l'exploitation du pétrole conventionnel en Gaspésie. Il souhaite cependant adopter une loi pour mieux encadrer cette industrie. Il imposerait aussi la tenue d'une consultation du Bureau des audiences publiques sur l'environnement (BAPE) pour s'assurer de l'acceptabilité sociale des forages.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer