Péladeau sur l'immigration: dérive vers le «nationalisme ethnique», selon Couillard

Le candidat à la direction du Parti québécois,... (PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

Le candidat à la direction du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau.

PHOTO SYLVAIN MAYER, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les commentaires controversés de Pierre Karl Péladeau sur l'immigration prouvent que le Parti québécois dérive vers le «nationalisme ethnique», a dénoncé Philippe Couillard, jeudi, pendant que certains libéraux ont accusé le parti souverainiste d'importer des idées de l'extrême droite française.

M. Péladeau, grand favori dans la course à la direction du PQ, a provoqué le malaise chez ses adversaires mercredi soir lorsqu'il a déclaré que l'étau se resserre pour les souverainistes en raison de l'immigration et de la démographie.Le député de Saint-Jérôme s'est défendu d'avoir commis une erreur, jeudi matin. Il a réitéré qu'à ses yeux, « le Québec s'enrichit de la diversité ».

« J'ai utilisé la formule '25 ans', a-t-il expliqué. Ça veut dire que nous n'avons pas énormément de temps, a-t-il dit. C'est là, aussi, le sens de mon intervention : il faut être rationnel dans la façon dont nous allons nous engager dans le processus de la souveraineté. »

Mais les adversaires libéraux du PQ estiment que les commentaires du député trahissent une « dérive » de la formation indépendantiste.

Le premier ministre Philippe Couillard a sommé la direction du parti de condamner les propos de M. Péladeau.

« Depuis la charte, il y a une dérive très malheureuse, a dit le premier ministre. Il n'y a plus d'argument financier ou économique pour la séparation du Québec. On essaie de s'accrocher à n'importe quoi. Ce qu'on a actuellement, c'est une déviation claire vers le nationalisme ethnique depuis la charte qui, d'après moi, doit faire frémir ceux qui ont fondé ce parti. »

Le ministre libéral de la Santé, Gaétan Barrette, est allé plus loin. À ses yeux, les commentaires de M. Péladeau sur l'immigration prouvent que le PQ importe des idées de l'extrême droite en France.

« Le PQ est en train de montrer son vrai visage : un parti sectaire », a-t-il dénoncé.

« On a l'impression au PQ qu'on s'amuse à aller en France et à importer les problèmes et les solutions, a-t-il ajouté. Et là, on importe le Front national. Je vais vous dire bien franchement, je trouve que dans discours, il a fait preuve d'un manque flagrant de jugement. »

Le leader parlementaire des libéraux, Jean-Marc Fournier, y voit la preuve que le PQ est « le parti de certains Québécois ».

« Cet irrespect de ceux qui ne partagent pas leur point de vue me semble être une atteinte à la démocratie et à l'idée initiale du Parti québécois, a-t-il raillé. Je ne pense pas que René Lévesque et Gérald Godin seraient très heureux de voir ce qui en est devenu, de ce parti. »

Aux yeux de la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, c'est la preuve que le PQ est en lutte avec ses « démons identitaires ».

« Ils ont un problème du côté du PQ. La charte des valeurs 2.0 ou je ne sais pas trop quoi. On voit que la question identitaire, c'est vraiment un problème pour eux. Ils ne sont pas capables de se défaire de ça. Ils ont trop peur de dire les choses carrément, que c'est inadmissible et inacceptable. »

Legault et David aussi

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault a jugé « très malhabile » la déclaration du magnat de la presse.

« Il y a une majorité de Québécois, de toutes origines confondues, qui rejettent la souveraineté du Québec, a-t-il dit. M. Péladeau semble faire porter le blâme aux immigrants pour un éventuel échec sur un appui à la souveraineté. »

M. Péladeau s'est également attiré les critiques de Françoise David, porte-parole de Québec solidaire. À ses yeux, les commentaires du député de Saint-Jérôme ont nui au mouvement souverainiste.

« Comme souverainiste, personnellement, je veux la faire avec tout le monde, a dit Mme David. Le nous québécois, c'est le nous de tout le monde. Et moi, j'ai confiance dans les prochaines générations de personnes issues de l'immigration qui auront des enfants, qui vont s'intégrer, travailler, vivre ici, et comprendre pourquoi on veut la souveraineté. »

Le député péquiste Alexandre Cloutier, adversaire de Pierre Karl Péladeau dans la course à la direction, a réitéré son « malaise » face aux commentaires de son rival.

« Je ne prends pas pour acquis que les Québécois d'adoption ne votent pas pour nous et ne voteront pas pour nous, a-t-il dit. Au contraire, je dis 'travail, travail, travail'. Tendons-leur la main, investissons les différents groupes là où ils sont sur le territoire. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer