Contrats informatiques: Québec mandate la vg et l'UPAC

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne

Le gouvernement Couillard demande à la vérificatrice générale et à l'Unité permanente anticorruption (UPAC) de se pencher sur les contrats informatiques, après le coup de filet réalisé la semaine dernière contre des employés de Revenu Québec soupçonnés de collusion et leurs présumés complices du secteur privé.

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, a annoncé, mercredi après-midi, qu'un mandat de vérification a été confié à la nouvelle vérificatrice générale, Guylaine Leclerc. Elle devra vérifier la conformité du processus d'adjudication des contrats dans lesquels les prévenus du secteur privé dans cette affaire ont été impliqués. Elle examinera les contrats des trois dernières années et les contrats en cours, ainsi que tout autre élément jugé opportun.

De même, le gouvernement demande à l'UPAC de lui formuler des recommandations pour mieux lutter contre les pratiques illégales dans l'attribution et la gestion des contrats informatiques. Le commissaire de l'UPAC aura jusqu'à la fin de juin pour réaliser ce mandat.

En confiant ces deux mandats à la vérificatrice générale et à l'UPAC, Martin Coiteux a dit qu'il souhaitait ainsi «prendre le taureau par les cornes».

Rappelons que la semaine dernière, l'UPAC avait arrêté sept individus, dont deux employés de Revenu Québec, soupçonnés d'être liés à une affaire de corruption et de collusion, dans l'attribution d'un contrat de 24 millions $ à un consortium composé des firmes informatiques EBR et IBM. Un autre suspect a été arrêté lundi. Daniel Létourneau, qui se trouvait à l'extérieur du pays au moment des arrestations de la semaine dernière, fera face à des chefs d'accusation de fraude, d'abus de confiance et de complot pour fraude.

Les sept autres individus feront face notamment à des accusations de fraude, complot pour fraude et abus de confiance. Les faits qu'on leur reproche se seraient produits entre mars 2011 et juin 2014. L'appel d'offres en question visait l'acquisition d'une plateforme technologique spécifique à la gestion des données d'un environnement informationnel chez Revenu Québec.

Deux des suspects étaient les dirigeants de la firme EBR dont un, Mohamed El Khaiat, est le frère de l'un des deux fonctionnaires de Revenu Québec, Jamal El Khaiat.

M. Coiteux a indiqué que les prévenus avaient été impliqués dans un total de 11 contrats totalisant 34 millions $, selon les dernières informations.

Malgré cette récente affaire et d'autres précédentes qui concernaient aussi les contrats informatiques au gouvernement, le président du Conseil du trésor a assuré que le système de surveillance actuel fonctionnait.

«Je vous l'avais dit la semaine dernière puis je le réitère, le fait qu'il y ait eu ces arrestations démontre bien que le système qu'on a mis en place fonctionne. Je le réitère aujourd'hui, donc», a-t-il dit.

Selon lui, il y a déjà un «grand ménage» en cours, au-delà des questions d'intégrité dans les contrats, mais le gouvernement vise par ces deux mandats à «avoir les meilleures pratiques, on veut avoir les meilleurs projets, on veut de l'innovation, on veut de la performance, on veut de l'efficacité».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer