Exclusif

Québec sabre 200 millions en informatique

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Dix ans après sa création, le Centre de services partagés du Québec (CSPQ) devra encaisser un réalignement majeur. Les mandats, le personnel et les budgets de cet organisme, mis en place à l'origine pour offrir des services moins coûteux aux autres ministères, seront réduits, un «coup de barre» pour le coeur de l'informatique au gouvernement québécois.

Selon les informations obtenues par La Presse, le président du Conseil du trésor Martin Coiteux rendra publiques des coupes de 200 millions sur cinq ans pour le CSPQ lors du dépôt des crédits de dépense du gouvernement, en même temps que le budget, le 29 mars. Par la suite, il devrait déposer un projet de loi pour fusionner la Commission des normes du travail à la Commission de la santé et de la sécurité du travail ainsi qu'à celle de l'équité salariale. La Régie des rentes et la Commission administrative des régimes de retraite seront aussi fusionnées.

Remises en question

Mis en place en 2005, en bonne partie pour centraliser les achats informatiques du gouvernement, le CSPQ a subi plusieurs remises en question, à l'époque de Michelle Courchesne, notamment. Récemment, les déficits annuels ont augmenté rapidement - on est passé de 3,5 millions à 12 millions entre 2012 et 2014. Encore aujourd'hui, les ministères clients du CSPQ sont insatisfaits des services qui leur sont offerts.

Le CSPQ reste le plus gros «donneur d'ouvrage» au gouvernement, particulièrement en technologie de l'information. Il compte 3000 employés, dont le tiers, soit 1000 personnes, sont des «ressources extérieures» - des consultants dont les tarifs horaires sont élevés. Les deux tiers de ces consultants travaillent pour des firmes informatiques. L'objectif du Trésor est de réduire le nombre de consultants de 1000 à 400. Déjà, on a réduit de 30% les contrats externes en technologie de l'information - ils sont passés de 764 consultants à 531 depuis un an. Ce n'est pas un gain net, puisque le gouvernement s'est engagé à embaucher de l'autre côté pour améliorer son expertise interne.

L'an dernier, le ministre Coiteux avait confié à Denys Jean, un mandarin de carrière, la gestion de l'organisme. Le secteur informatique confié à Jean-Guy Lemieux est retourné au secrétaire général du Trésor Yves Ouellet après le départ prématuré de M. Lemieux, qui avait omis de divulguer que des proches travaillaient dans le secteur informatique.

Des parties de l'organisme seront retournées aux ministères qui seront plus à même d'en avoir la responsabilité. Ainsi, le Service aérien du gouvernement retournera au ministère des Transports, où il se trouvait avant la mise en place du CSPQ. C'est 200 employés qui changeront de patrons.

Dans le même esprit, le CERTAQ, une équipe qui travaille à assurer la sécurité des systèmes informatiques du gouvernement, sera envoyé à la Sécurité publique, pour continuer de surveiller l'intrusion de virus dans les ordinateurs du gouvernement.

En revanche, le CSPQ s'assurera d'offrir davantage de services grâce à des politiques d'achats groupés obligatoires. Il deviendra le seul à pouvoir autoriser les achats de cellulaires, par exemple, plutôt que d'autoriser les ministères à se lancer chacun de leur côté.

D'autres services seront tout simplement abolis, parce qu'ils sont jugés non rentables. On parle ici de la gestion de l'aménagement, de l'imagerie ou de l'impression, des activités que les ministères ont déjà passablement prises en charge de façon autonome.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer