Remaniement ministériel: Couillard doit trancher vite, dit Paradis

Philippe Couillard et Yves Bolduc... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Philippe Couillard et Yves Bolduc

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard doit rapidement dissiper les rumeurs et dire clairement s'il compte remanier ou pas son cabinet, estime le doyen des députés libéraux, Pierre Paradis.

À un moment donné, lorsque les rumeurs ont atteint le niveau de diffusion au sein de la population, il y a une obligation de clarification», a résumé le ministre de l'Agriculture, mercredi, à l'entrée de la réunion hebdomadaire du cabinet.

L'Assemblée nationale siège jusqu'à jeudi et fait relâche pour deux semaines par la suite. Le premier ministre s'envole pour Paris en fin de semaine en compagnie de cinq ministres.

M. Paradis estime qu'il s'agit d'une fenêtre opportune pour le premier ministre d'afficher ses intentions à l'égard de son cabinet.

«On ne peut pas laisser des rumeurs à ce niveau perdurer, a-t-il dit. Les délais sont connus, le premier quitte en fin de semaine. J'imagine qu'avant de quitter, la situation va devenir claire pour tout le monde.»

Mercredi matin, M. Couillard a laissé planer la possibilité de remanier son équipe ministérielle. Et il a encore une fois refusé de réitérer sa confiance à son ministre de l'Éducation, Yves Bolduc.

La Presse a révélé mercredi que le premier ministre prépare un remaniement ministériel dès cette semaine, possiblement jeudi. L'opération aurait pour objectif de confier à M. Bolduc un rôle moins susceptible de l'entraîner dans la controverse.

M. Couillard n'a pas confirmé l'information, mais ne l'a pas démentie non plus.

«Je ne commente pas les rumeurs», a-t-il déclaré à son entrée au caucus.

«On continue de travailler avec le gouvernement, a-t-il ajouté. J'ai entièrement confiance dans mon équipe et on continue d'aller de l'avant.»

Le chef libéral en a fait sourciller plusieurs, mardi, lorsqu'il a refusé de réitérer sa confiance à M. Bolduc, qui est plongé dans l'embarras en raison de ses propos sur les fouilles à nu «très respectueuses».

Mercredi, M. Couillard a de nouveau refusé d'endosser le travail de son ministre de l'Éducation.

«J'appuie l'ensemble de mon gouvernement et je n'irai pas plus loin dans mes commentaires», a-t-il simplement déclaré.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, réclame la tête du ministre Bolduc depuis des mois. Selon lui, il aurait dû quitter ses fonctions dès l'été dernier, lorsqu'il fut révélé qu'il a touché 215 000$ pour prendre en charge des patients. 

Le chef caquiste souhaite également que M. Couillard remplace son ministre de l'Économie, Jacques Daoust, dont il juge la performance trop faible.

M. Couillard doit bouger rapidement, selon M. Legault.

«Quand il commence à y avoir de l'incertitude, les ministres se retrouvent avec zéro crédibilité face aux groupes qu'ils rencontrent, a-t-il dit. Donc il doit bouger et il doit bouger rapidement.»

«Par qui on le remplace ? a pour sa part renchéri le chef par intérim du Parti québécois, Stéphane Bédard. Je pense qu'il y a un problème de compétence dans ce gouvernement qui est généralisé.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer