Couillard accusé de «nuire» au droit du public à l'information

La FPJQ estime que la directive du premier ministre... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

La FPJQ estime que la directive du premier ministre du Québec Philippe Couillard constitue une entrave au travail de la presse.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le premier ministre Philippe Couillard fait «obstruction» au travail des médias et «nuit fortement à l'information du public» en restreignant la disponibilité de ses ministres auprès de la presse, a dénoncé jeudi la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ).

L'organisme presse le gouvernement libéral de renoncer à une nouvelle procédure par laquelle les ministres se sont vus interdire de parler aux journalistes avant la réunion de leur caucus. Ce délai leur permet de valider auprès de l'entourage du premier ministre ce qu'ils comptent communiquer à la presse.

La nouvelle directive prévoit aussi que les journalistes pourront obtenir des entrevues avec des ministres pendant la réunion du caucus, s'ils en font la demande auprès de leurs attachés de presse.

La FPJQ estime que cette directive constitue une entrave au travail de la presse.

«Refuser de répondre aux questions des journalistes est une tactique d'obstruction qui compromet l'accessibilité du public à l'information, dénonce la FPJQ dans un communiqué. Le renvoi aux porte-parole, qui s'en tiennent à la version officielle et qui, souvent, ne connaissent pas bien les dossiers, en est une autre.»

«Une telle directive de communications gouvernementales nuit fortement à l'information du public», ajoute l'organisme.

En matinée, M. Couillard a défendu la nouvelle politique. Il juge normal que les membres de son équipe s'informent adéquatement avant de commenter des sujets d'actualité.

«Les matinées passent vite, il y a beaucoup de choses è faire pour les ministres quand ils arrivent à leur bureau, a-t-il dit. On veut s'assurer que tout le monde s'entend sur les faits, qu'on a les faits réels avant de faire des commentaires.»

Il a assuré que ses ministres continueront de se rendre disponibles pour expliquer les politiques de son gouvernement. Il a rappellé au passage que l'ex-première ministre, Pauline Marois, a été critiquée pour avoir à l'occasion refusé de répondre à des questions qui ne portaient pas sur les sujets de ses conférences de presse.

«Il n'y a jamais eu un premier ministre et un chef de parti aussi ouvert que moi», a-t-il déclaré.

Les partis de l'opposition ont tourné en dérision la nouvelle stratégie de communication du gouvernement libéral.

La leader parlementaire du Parti québécois, Agnès Maltais, rappelle que le ministre de l'Éducation, Yves Bolduc, s'est mis dans l'embarras cette semaine en affirmant que la fouille à nu d'élèves du secondaire est acceptable à condition d'être faite de manière « très respectueuse ».

Mme Maltais rappelle aussi que la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a dû corriger le tir la semaine dernière, quelques heures après avoir déclaré qu'elle accepterait de travailler avec un intégriste religieux dans son cabinet.

«Plus les ministres parlent, plus le gouvernement est dans l'embarras. Ça ressemble plus à un problème de faiblesse ministérielle qu'un problème d'arrimage et de communication.»

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, estime que la volonté du premier ministre de resserrer le contrôle de l'information trahit des divergences au sein de son conseil des ministres.

«M. Couillard semble vouloir agir comme M. Harper et je ne pense pas que ce soit souhaitable pour la démocratie, a-t-il dit. Mais je pense que ça reflète une division à l'intérieur du caucus.»

La députée de Québec solidaire, Manon Massé, a également tracé un parallèle avec la stratégie du Parti conservateur à Ottawa. «On a vu Stephen Harper utiliser cette technique-là et de faire en sorte que finalement les ministres, qui sont les gens qui portent des dossiers, bien, répètent juste ce qu'on leur dit de répéter, a-t-elle déploré. Ça me fait peur.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer