L'ouverture d'une mosquée devrait être précédée d'une enquête, selon Legault

François Legault... (PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

François Legault

PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Ouellet
La Presse Canadienne
QUÉBEC

L'établissement d'une mosquée dans une municipalité devrait faire l'objet d'une enquête préalable, pense François Legault.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) est d'avis qu'une enquête menée par une autorité publique permettrait de savoir si les demandeurs prêchent «le déni de valeurs québécoises». Dans l'affirmative, les élus municipaux auraient les coudées franches pour refuser d'autoriser l'implantation du lieu de culte sur leur territoire.

«C'est possible pour le gouvernement du Québec ou le gouvernement d'une municipalité d'aller faire une enquête pour savoir si les personnes qui demandent un permis ont l'intention ou ont déjà prêché à répétition le déni de valeurs québécoises inclus dans la Charte des droites et des libertés», a déclaré M. Legault, mardi, en point de presse.

«Ça se fait une enquête comme ça. Est-ce que c'est chaque municipalité qui devra faire l'enquête? Est-ce que c'est le gouvernement du Québec? Une chose qui est sûre, c'est qu'il faut d'abord avoir des balises pour permettre aux maires de prendre des bonnes décisions», a-t-il ajouté.

M. Legault refuse de critiquer la décision de la Ville de Shawinigan, qui sous la pression de citoyens apeurés, a refusé la semaine dernière un changement de zonage pour l'aménagement d'une mosquée.

En l'absence de balises, le maire Michel Angers a choisi de répondre aux inquiétudes des citoyens et ne mérite pas d'être montré du doigt, a fait valoir le leader caquiste.

«Je ne suis pas prêt à blâmer un maire, face à l'inquiétude de ses citoyens et face à l'absence de règles, d'avoir agi et d'avoir pris la décision de dire: c'est non», a dit M. Legault, réitérant en cela la position exprimée la veille par sa députée et responsable du dossier de la laïcité, Nathalie Roy.

M. Legault presse plutôt le gouvernement d'adopter des règles pour permettre aux municipalités confrontées aux demandes de communautés religieuses de prendre des décisions éclairées. Il propose en outre d'amender la Charte des droits et libertés de la personne pour proscrire formellement «le déni à répétition» des valeurs québécoises - égalité homme-femme, respect de l'orientation sexuelle, démocratie, etc.

Pour illustrer son propos, le leader de la CAQ a cité en exemple le cas de ces deux imams radicaux qui ont trouvé refuge à Saint-Léonard en fin de semaine dernière après s'être fait montrer la sortie à Outremont.

«Samedi soir, il y avait 250 personnes qui recevaient des diplômes de la charia d'une académie de la charia. À mon avis, on ne peut pas permettre ça au Québec à répétition, d'avoir des gens qui nient l'égalité entre les hommes et les femmes et même, contestent le fait qu'on doit accepter les lois occidentales», a-t-il soulevé.

Interpellé en Chambre tant par l'opposition officielle que par la CAQ, le premier ministre Philippe Couillard a continué d'entretenir le flou sur ses intentions. Il a répété que son gouvernement «déposera et un plan d'action et des actions législatives, au moment où celles-ci seront prêtes».

Chose sûre, le gouvernement libéral ne va pas restreindre les droits de quiconque, a indiqué le premier ministre.

«Il faut faire très attention de ne pas ajouter de limite à nos droits et libertés, ce n'est pas un instrument anodin, la Charte des droits et libertés. La limite, c'est simple, c'est l'appel à la haine et aux actes de violence. Il faut être cohérent et surtout ne pas en faire, comme le font certains, un enjeu identitaire. Ce n'est pas un enjeu identitaire, c'est un enjeu de défense des libertés universelles», a-t-il dit.

Puis, il s'en est pris au chef de la CAQ qu'il accuse de vouloir amender la Charte des droits pour «charcuter» la liberté d'expression. Jouer le jeu des radicaux liberticides n'est pas la solution, a-t-il fait comprendre.

«Ce que nous voulons faire, c'est punir ces bandits, ces criminels, les châtier, les amener devant les tribunaux et ne leur laisser aucun répit partout où ils seront, incluant chez nous, au Québec, et c'est un combat mondial dans lequel nous participons, a dit M. Couillard. Mais on ne leur donnera pas la victoire que notre collègue veut leur donner, celle de brimer nos libertés.»

Le premier ministre a refusé d'appuyer ou de condamner la décision de la Ville de Shawinigan de fermer la porte à sa communauté musulmane. Il a cependant invité les élus municipaux à faire preuve de jugement lorsqu'ils sont appelés à statuer sur une demande d'autorisation provenant d'un groupe religieux.

«Ce qu'on dit aux élus municipaux: vous devez faire usage de votre jugement. On est là pour vous aider, les forces policières sont là pour répondre à toute question des élus municipaux, et on fait confiance en leur jugement», a-t-il dit.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer