Contrats informatiques du gouvernement: l'ombre du crime organisé plane

Lucie Martineau... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Lucie Martineau

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Le crime organisé pourrait très bien être impliqué dans l'attribution des contrats informatiques au gouvernement, soupçonne un collectif de 16 organismes regroupant notamment des syndicats, qui dénonce le gaspillage dans les projets informatiques gérés par l'État.

Le collectif demande une commission d'enquête publique pour faire le ménage, puisque des milliards sont «gaspillés en informatique», alors que des compressions frappent les programmes sociaux. L'État attribue pas moins de 3 milliards de dollars par année en contrats informatiques, selon les estimations du Conseil du trésor.

«Le gaspillage dans l'informatique doit vraiment être freiné, il faut qu'on donne un coup de barre», a plaidé la présidente du Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), Lucie Martineau, lors d'une conférence de presse vendredi à Québec.

Les ingrédients pour la corruption et la collusion en informatique sont les mêmes que ce qui prévalait dans l'industrie de la construction: absence de concurrence, dépendance du gouvernement envers l'entreprise privée, manque d'expertise à l'interne, dépassements de coûts et d'échéanciers, omerta dans la fonction publique, a-t-elle fait valoir.

Selon le président du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), Richard Perron, ces similitudes portent à croire qu'il faut examiner le lien possible avec le crime organisé.

«On ne peut le savoir, mais la Commission Charbonneau a commencé par une série d'experts qui venaient nous dire que le crime organisé ne fait pas ses profits que dans la criminalité, a-t-il expliqué. Il s'investit beaucoup dans l'économie légale. Et lorsqu'il y a beaucoup d'argent, comme dans la construction, il n'est jamais très très loin. Ce simple élément de fait (nous démontre) qu'on devrait examiner, aller plus à fond (sur cette piste).»

Seule une commission d'enquête peut vérifier une «possible collusion ou corruption» dans l'attribution et la gestion des contrats publics en informatique, a dit Fabian Rodriguez, de l'organisme FACIL pour l'appropriation collective de l'informatique libre, qui milite pour les logiciels libres. L'enjeu est encore plus large, puisqu'un débat sur l'encadrement réglementaire et les principes de gestion de ces projets informatiques doit avoir lieu, afin que des PME puissent aussi soumissionner, a souligné M. Rodriguez. Car il faut une «réflexion sur la juste distribution des richesses de la nouvelle économie».

Par ailleurs, la loi du silence règne chez les fonctionnaires qui constatent des anomalies, mais qui ne peuvent rapporter ces actes répréhensibles sous peine d'être sanctionnés ou harcelés par leur employeur, ont dénoncé les syndicats. «Tous les syndicats ont des histoires d'horreur à raconter», a indiqué M. Perron. Selon lui, il n'y a pas de limite à l'imagination des employeurs pour rendre «infernales» les conditions de travail d'un employé.

«On en a plein nos "caseloads"», a confirmé Mme Martineau. Une enquête publique permettrait justement de protéger les témoins et de délier ainsi les langues, a soutenu Mme Martineau.

Tous les partis de l'opposition sont rapidement montés dans le train. Le Parti québécois, la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire ont exprimé leur appui à la demande de commission d'enquête publique du collectif.

La Coalition avenir Québec dénonce depuis des années le gaspillage et les problèmes de gestion dans les contrats informatiques. Son porte-parole, le député de La Peltrie Éric Caire, partage les mêmes soupçons. «Je n'ai pas la certitude, mais je me pose la même question, et je pense que l'ensemble de la population du Québec se pose cette question-là», a-t-il dit en conférence de presse à l'Assemblée nationale.

Et c'est justement pour répondre à ces questions «légitimes» qu'il faut, à son avis, une commission d'enquête publique. «Tout le monde constate que dans le milieu informatique, on vit les mêmes problèmes. On a les mêmes symptômes, les chances qu'on ait la même maladie sont quand même là.»

Le député caquiste en appelle au président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, pour qu'il bouge enfin, parce que le travail du vérificateur général ne suffit pas à ses yeux. Le vérificateur se penche sur la gestion, certes, mais il faut savoir ce qu'il s'est passé, et pour cela il faut enquêter, a plaidé M. Caire.

«Pourquoi Martin Coiteux refuse toujours d'aller de l'avant?» a-t-il demandé.

Pour sa part, M. Coiteux a dit à La Presse Canadienne, jeudi, avoir repris en main la gestion de l'informatique en posant une série de gestes. Il a notamment confié la direction des projets informatiques à son propre sous-ministre, et a réduit de 30 pour cent entre février et décembre 2014 le recours à des «ressources externes» au Centre des services partagés du Québec (CSPQ), le plus gros donneur d'ouvrage en matière informatique au gouvernement.

Le collectif a qualifié ces mesures de «cosmétiques».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer