Référendum: Péladeau fait un cadeau aux libéraux, croit Couillard

«C'est un concours entre les candidats pour savoir... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

«C'est un concours entre les candidats pour savoir lequel est le plus radical pour la séparation du Québec, a dit Philippe Couillard. La question c'est: référendum, souveraineté, séparation, ça va être ça. Là, ils vont dire: «non, non, non, non. Ce ne sera pas ça, ça va être autre chose.» Non, non. C'est ça la question déjà pour 2018. Alors formidable!»

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Philippe Couillard croit qu'avec Pierre Karl Péladeau comme chef, le Parti québécois s'acheminera vers une élection référendaire.

Le premier ministre a estimé jeudi qu'en dévoilant cette semaine des éléments de son plan pour la souveraineté, M. Péladeau a fait un cadeau inespéré.

Dans sa plate-forme sur la souveraineté, M. Péladeau a écrit que, s'il est élu chef, il souhaite obtenir aux prochaines élections le mandat de faire l'indépendance du Québec.

Avant une réunion de ses députés, M. Couillard a affirmé qu'il n'en attendait pas tant du PQ, après la dernière campagne où les libéraux ont affirmé que les péquistes souhaitaient être réélus pour faire un référendum sur la souveraineté.

Selon M. Couillard, les aspirants à la direction du PQ, dont M. Péladeau, se livrent à une surenchère de radicalisme dans leur démarche vers la souveraineté.

Lors d'un échange avec la presse parlementaire, le premier ministre a affirmé que M. Péladeau vient de préciser l'enjeu de la prochaine élection de 2018.

«C'est un concours entre les candidats pour savoir lequel est le plus radical pour la séparation du Québec, a-t-il dit. La question c'est: référendum, souveraineté, séparation, ça va être ça. Là, ils vont dire: «non, non, non, non. Ce ne sera pas ça, ça va être autre chose.» Non, non. C'est ça la question déjà pour 2018. Alors formidable!»

M. Couillard a estimé que le programme esquissé par M. Péladeau, dans un document présenté jeudi, ouvre la porte à une élection référendaire.

«Je n'en espérais pas tant, a-t-il dit. Le Parti québécois nous met ça sur le plat.»

En fin de semaine, lors d'un conseil national du PQ, M. Péladeau a affirmé qu'il ne favorise pas l'option d'une élection référendaire.

Selon le candidat et député, la population doit être consultée lors d'un scrutin distinct de l'élection générale.

Dans sa plate-forme, M. Péladeau écrit qu'aux prochaines élections, il «souhaite obtenir le mandat de réaliser concrètement l'indépendance du Québec».

Jeudi, M. Péladeau, qui a prononcé un discours sur le sujet devant des étudiants universitaires mercredi, n'a cependant pas écarté l'éventualité d'une élection référendaire lorsqu'il a été questionné par les journalistes.

«J'ai dit (mercredi) à l'Université Laval que nous allons être prêts en 2018 lors des élections pour prendre la décision», a-t-il dit.

La stratégie de M. Péladeau prévoit une période de promotion active de la souveraineté. Samedi dernier, M. Péladeau a affirmé qu'il décidera avant la prochaine élection de 2018 si le PQ peut ou non s'engager à tenir un référendum dans un premier mandat.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer