Péladeau défend son intervention lors d'un spectacle à Rouyn-Noranda

Pierre Karl Péladeau... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Laval) Pierre Karl Péladeau a défendu samedi son intervention auprès d'une artiste en plein spectacle pour qu'elle s'adresse à son auditoire en français.

Lors d'un spectacle à Rouyn-Noranda, le 29 janvier, l'aspirant chef du Parti québécois a interpellé la chanteuse Sabrina Halde, du groupe québécois Groenland, qui chante en anglais. Il lui a demandé de s'adresser en français à l'auditoire présent à l'Agora des spectacles. Le geste de M. Péladeau a laissé des spectacteurs perplexes, selon des personnes présentes dans la salle.

Questionné sur cette intervention, M. Péladeau s'est montré offusqué que La Presse ait rapporté l'événement. Il a souligné l'importance qu'il accorde à la défense du français.

«J'ai compris que c'est du potinage de La Presse», a-t-il d'abord indiqué.

«J'ai toujours été pour la langue française, j'ai toujours défendu les artistes québécois, a-t-il poursuivi. Je considère que le Québec a une grande culture, je l'ai mentionné dans mon intervention [devant les militants péquistes], les entreprises doivent aussi participer à cette continuation. Ça nous caractérise, ça fait de nous une société distincte. Je ne me suis jamais caché que le français et la culture francophone étaient extrêmement importants pour moi.»

Les adversaires de M. Péladeau dans la course à la direction du Parti québécois sont restés prudents.

Alexandre Cloutier, qui se trouvait dans la salle de spectacle lors de l'intervention de M. Péladeau, a refusé de commenter l'affaire.

«Pour être très honnête avec vous, au moment où ça s'est passé, moi-même j'étais en train de quitter, alors j'en ai une compréhension assez approximative, a-t-il dit. Je vais laisser M. Péladeau vous donner le détail.»

Bernard Drainville, Martine Ouellet et Pierre Céré ont abondé dans le même sens.

«Vous me demandez de commenter quelque chose que je n'ai pas vu, a dit Mme Ouellet. Je ne sais pas, je ne peux pas commenter.»

«Ça reste une anecdote pour moi, a dit M. Céré. Je n'en sais pas bien plus.»

Le spectacle se déroulait dans le cadre du Festival de musique émergente. Le président de cet événement, Sandy Boutin, est un organisateur péquiste de la région.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer