Exclusif

Les jeunes péquistes veulent «éviter une campagne de slogans»

Le président du Comité national des jeunes du... (PHOTO ROGERIO BARBOSA, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le président du Comité national des jeunes du Parti québécois, Léo Bureau-Blouin, souhaite que l'aile jeunesse soit «l'empêcheur de tourner en rond» de la campagne à la succession de Pauline Marois.

PHOTO ROGERIO BARBOSA, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Comité national des jeunes (CNJ) du Parti québécois reproche aux candidats à la direction de se complaire dans des «voeux pieux» depuis le début de la course et demande à ces derniers d'aborder davantage les questions de contenu. Pour les inciter, les jeunes mettent les aspirants à la direction au défi d'adhérer au «plus de propositions possible» de la quarantaine qu'ils viennent d'adopter.

Le président, Léo Bureau-Blouin, souhaite que l'aile jeunesse soit «l'empêcheur de tourner en rond» de la campagne à la succession de Pauline Marois. Il lance cet avertissement à Alexandre Cloutier, Bernard Drainville, Martine Ouellet, Pierre Céré et Pierre Karl Péladeau: «Il faut éviter que ce soit une campagne de slogans. En envoyant un défi aux candidats, on leur demande de nous expliquer concrètement ce qu'ils veulent faire pour le Québec, pour les jeunes», dit-il lors d'une entrevue accordée à La Presse. La plateforme jeune, adoptée à la mi-janvier, comprend 47 propositions pour la course. Les jeunes demandent aux candidats d'en adopter «un minimum de cinq» au cours de la campagne.

Le CNJ souhaite que la formation politique «cesse de piétiner» concernant l'article premier du parti, soit de réaliser l'indépendance du Québec, sans toutefois se prononcer sur l'épineuse question du référendum au cours d'un premier mandat. L'aile jeunesse demande simplement à chaque candidat d'expliquer clairement sa démarche pour y accéder.

«Le fait de dire: «au moment opportun», «lorsque les Québécois seront prêts», je pense que c'est une stratégie qui ne peut plus fonctionner, il faut arriver avec une démarche qui est plus claire», dit Léo Bureau-Blouin.

Le Comité national des jeunes n'entend pas non plus appuyer directement un candidat, même s'il va «saluer» celui ou ceux qui adopteront le plus grand nombre de ses positions.

En matière de droit du travail, les jeunes proposent «que le Parti québécois réitère sa position de légiférer afin de moderniser les dispositions anti-briseurs de grève prévues au Code du travail». Même si cette position semble directement un message envoyé au candidat favori de la course, Pierre Karl Péladeau, qui a déjà pris des positions antisyndicales dans le passé, Léo Bureau-Blouin refuse de personnaliser le débat. «C'est un message à l'ensemble des candidats. Pour nous c'est important que le Parti québécois continue d'être à la défense des travailleurs», résume-t-il.

Les jeunes aimeraient aussi que les candidats promettent d'implanter un cours d'histoire obligatoire au cégep et qu'ils s'engagent à implanter des référendums à l'initiative du gouvernement sur des sujets «jugés prioritaires». Ils souhaitent aussi que les cinq candidats adhèrent à l'idée de favoriser la convergence souverainiste entre les différents partis souverainistes québécois.

Six débats en tout

Par ailleurs, le Parti québécois a mis fin hier au «débat sur les débats», en annonçant la tenue de cinq rencontres durant la campagne. La première se tiendra le 11 mars prochain à Trois-Rivières. Les candidats s'affronteront aussi le 1er avril à Sherbrooke, le 15 avril à Québec, le 29 avril à Rimouski et le 6 mai à Montréal. À leur sortie d'une réunion avec les dirigeants du PQ, les aspirants à la direction se sont tous montrés satisfaits du dénouement. Au cours des derniers mois, la direction du parti avait laissé planer la possibilité de ne tenir que deux débats. Les candidats du PQ, à l'exception de Pierre Karl Péladeau, avaient par la suite réclamé la tenue de cinq confrontations.

Le CNJ a aussi confirmé à La Presse la tenue d'un autre débat entre les candidats à la direction du parti, le 18 mars prochain. Cette rencontre, organisée par les jeunes, aura lieu à l'Université Laval. «Il ne reste que quelques détails à attacher», indique le chef des jeunes péquistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer