Passé saoudien de Couillard: Cloutier fait acte de contrition

Alexandre Cloutier... (PHOTO PASCAL RATTHÉ, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Alexandre Cloutier

PHOTO PASCAL RATTHÉ, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Ouellet
La Presse Canadienne
Québec

Éclaboussé par la controverse, Alexandre Cloutier, candidat à la direction du Parti québécois, a fait acte de contrition, vendredi, pour ses propos tenus la veille à l'endroit du premier ministre Philippe Couillard.

À l'occasion d'un caucus en Montérégie, jeudi, M. Cloutier et certains de ses collègues, dont le chef intérimaire Stéphane Bédard, se sont demandé si le séjour prolongé de M. Couillard en Arabie saoudite dans les années 1990 expliquait son peu d'empressement à légiférer sur la laïcité de l'État.

M. Cloutier a suggéré que les années passées par M. Couillard dans la péninsule arabique l'avaient peut-être habitué à tolérer des situations «tout à fait déplorables» sur le plan des droits de la personne.

En entrevue à La Presse Canadienne, vendredi, le parlementaire péquiste a admis la nécessité de «corriger le tir».

«J'ai dit ce matin que je voulais corriger le tir, que je ne voulais pas laisser entendre de quelque manière que ce soit que M. Couillard allait importer la charia au Québec, que ce n'était pas nécessaire d'aller là, a-t-il relaté. J'admets que j'avais besoin de corriger mes propos parce que ça pouvait laisser entendre des associations qui m'apparaissent inappropriées.»

Plus tôt en matinée, lors d'un échange avec l'animateur Paul Arcand sur les ondes du 98,5, le député a mis sa sortie sur le compte de l'exaspération devant le manque d'intérêt apparent du premier ministre pour le dossier de la laïcité.

«Il y a une certaine exaspération parce qu'on veut que le premier ministre agisse, on veut une vraie réflexion approfondie ici sur le territoire québécois et on se désole de voir que pour le premier ministre, c'est comme s'il rejette ça du revers de la main», a-t-il argué.

Stéphane Bédard s'est lui aussi retrouvé dans l'eau chaude après avoir accusé M. Couillard d'être «très imprégné» des valeurs de l'Arabie saoudite où il a oeuvré comme médecin entre 1992 et 1996 et comme conseiller du ministre de la Santé de ce pays en 2009.

Le député de Chicoutimi a prié M. Couillard de ne pas «importer» au Québec les valeurs de cette théocratie critiquée pour ses violations des droits de la personne et ses exactions commises à l'endroit des femmes, des homosexuels et des opposants politiques.

Devant la controverse grandissante, le Parti québécois a publié un communiqué en soirée jeudi dans lequel M. Bédard assure n'avoir jamais «voulu laisser entendre que le premier ministre désire implanter au Québec différentes pratiques qui bafouent les droits humains».

Dans le camp libéral, Gaétan Barrette s'est chargé de la réplique aux attaques de la veille, y voyant l'illustration que le Parti québécois est à court d'idées et qu'il en est réduit au salissage et à la division pour tenter de se glisser au pouvoir.

«Je considère que les propos tenus par les candidats à la chefferie du Parti québécois sont d'une profonde médiocrité», a lancé le bouillant ministre de la Santé en marge d'une commission parlementaire à l'Assemblée nationale.

«Ces gens-là sont dans une course à la chefferie pour éventuellement tenter de gouverner une société dans laquelle ils font tout pour diviser. La technique de diviser pour régner en salissant a été arrêtée une fois par le Parti libéral en 2014, elle le sera encore aujourd'hui», a-t-il soutenu.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer