Martine Ouellet se prononce sur la laïcité

Martine Ouellet... (Photo Pascal Ratthe, archives Le Soleil)

Agrandir

Martine Ouellet

Photo Pascal Ratthe, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
Montréal

La candidate au leadership du Parti québécois Martine Ouellet s'est dite étonnée, mercredi, de la sortie de son collègue et adversaire Alexandre Cloutier sur la question de la laïcité.

Dans une lettre ouverte qu'il a rédigée avec l'ex-ministre péquiste Louise Beaudoin, Alexandre Cloutier a invité ses lecteurs à ne pas se diviser autour du port de signes religieux par des fonctionnaires. La priorité, dit-il, doit être à la lutte contre l'intégrisme.

«Au moment où les extrémistes sévissent, il ne faut pas se diviser autour du port de signes religieux des fonctionnaires», écrit M. Cloutier dans sa lettre conjointe.

Le député de la circonscription de Lac Saint-Jean s'est montré particulièrement intéressé par la suggestion de l'ex-députée libérale Fatima Houda-Pépin d'implanter un centre de recherche-action sur les intégrismes religieux.

«Il faut trouver un consensus. La meilleure manière d'y arriver est de se référer aux recommandations réfléchies et mesurées du rapport Bouchard-Taylor. L'interdiction de signes religieux devrait se limiter aux gens en situation d'autorité, ce qui inclut, à notre point de vue, les enseignants», écrivent encore M. Cloutier et Mme Beaudoin.

Interrogée à ce sujet mercredi à Montréal, alors qu'elle donnait une conférence de presse sur un autre thème, la candidate Martine Ouellet y a vu un changement de cap de la part de M. Cloutier. «J'ai été un petit peu surprise de la réplique de mon collègue Alexandre, parce qu'au lendemain de l'élection, il avait pris ses distances. Et là, aujourd'hui, il revient un peu à ce qu'on avait proposé», a-t-elle commenté.

Mme Ouellet affirme qu'il faut miser sur les grands consensus qui se sont dégagés lorsque la charte de la laïcité a été débattue sur la place publique, alors que le Parti québécois était au pouvoir, comme l'égalité entre les hommes et les femmes, de même que l'interdiction du port de signes religieux par les employés de l'État qui sont en situation d'autorité. «Je pense que ces grands consensus-là, on doit les mettre en place.»

La députée de Vachon n'a pas voulu donner plus de détails sur ses positions, affirmant qu'elle préciserait ses orientations plus tard dans la course à la direction du Parti québécois.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer