L'absence de Péladeau à un débat courrouce des étudiants

L'attaché de presse de M. Péladeau affirme que... (Photothèque La Presse)

Agrandir

L'attaché de presse de M. Péladeau affirme que le candidat vedette participera à tous les débats organisés par le Parti québécois et aux autres «selon ses disponibilités».

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Étienne Fortin-Gauthier
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Deux comités souverainistes de l'Université de Montréal accusent le candidat à la direction du Parti québécois, Pierre-Karl Péladeau, de bouder les étudiants de l'établissement d'enseignement.

M. Péladeau est le seul candidat à ne pas participer au débat organisé le 28 janvier par le Mouvement des Étudiants Souverainistes de l'Université de Montréal (MÉSUM) et l'Association des jeunes péquistes.

Lundi soir, les deux organisations ont publié conjointement un communiqué pour dénoncer publiquement l'absence confirmée de Pierre-Karl Péladeau, le favori pour l'emporter, selon plusieurs sondages.

Selon la présidente du MÉSUM, Catherine Fournier, cette absence est un manque de respect pour la communauté estudiantine. Elle dit que l'invitation a été envoyée au candidat au début du mois d'octobre.

Mme Fournier croit que les organisateurs de campagne de Pierre-Karl Péladeau ont pris cette décision en se basant sur des «considérations stratégiques» avec l'espoir de ne «pas perdre des points» en se risquant à débattre.

Elle qualifie «d'affront» le refus de Pierre-Karl Péladeau de ne pas participer à l'événement, alors que les jeunes souverainistes ont plus que jamais besoin d'être mobilisés et intéressés à la cause, selon la présidente du MÉSUM, une organisation souverainiste qui dit regrouper des étudiants de «toutes allégeances politiques».

«Il nous disait que l'Université de Montréal était son «alma mater» lorsqu'il a lancé sa campagne, mais maintenant ça ne semble plus important d'être là, alors qu'il y aura au moins 500 personnes et que les étudiants veulent lui poser des questions», a dénoncé Mme Fournier, lors d'un entretien avec La Presse Canadienne.

L'Association des jeunes péquistes de l'Université de Montréal est tout aussi critique de la décision qualifiée d'«insensée» du candidat vedette. Sa présidente, Valérie Gobeil, se demande si M. Péladeau a «peur de débattre».

Pas du tout, réplique l'attaché politique de Pierre-Karl Péladeau. Rejoint en soirée par La Presse Canadienne, Marc-André Deblois explique que le candidat à la direction du Parti québécois effectue un voyage dans des «régions éloignées» à la fin du mois de janvier et ne sera pas à Montréal le 28 janvier.

«Il fait une tournée du Québec en avion. C'est très difficile de changer, alors que les réservations ont été faites et les rencontres militantes ont été prévues. C'est en plein milieu de sa tournée des régions éloignées», a indiqué Marc-André Deblois.

Ce conflit d'horaire aurait peut-être pu être évité, admet M. Deblois. «Le voyage a été organisé avant les fêtes. Si l'invitation a été faite en octobre, il n'était pas encore candidat et l'équipe n'était pas formée. Je déduis que c'est peut-être tombé dans une craque, mais ça tombe la seule semaine où il pourra aller rencontrer les citoyens et militants en région avant le lancement de la course», a-t-il ajouté.

L'attaché de presse de M. Péladeau affirme que le candidat vedette participera à tous les débats organisés par le Parti québécois et aux autres «selon ses disponibilités».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer