TransCanada devrait abandonner son projet de terminal à Cacouna, pense Couillard

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard (à... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard (à droite) aux côtés du premier ministre de l'Alberta, Jim Prentice

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Ouellet
La Presse Canadienne

Le premier ministre Philippe Couillard suggère à TransCanada d'abandonner son projet de terminal pétrolier à Cacouna dans le Bas-Saint-Laurent.

Avec la nouvelle classification des bélugas dans la catégorie des espèces en voie de disparition, le promoteur n'aura guère d'autre choix que de trouver une solution de rechange, a estimé M. Couillard, mardi.

«Ce n'est pas mon rôle de parler pour le promoteur ou de répondre à sa place, mais il m'apparaît difficile de continuer à prévoir un site de port pétrolier avec une information de la sorte», a déclaré le premier ministre, en point de presse, aux côtés de son homologue de l'Alberta et ardent défenseur du projet de la firme albertaine, Jim Prentice.

«Maintenant, c'est au promoteur de décider d'aller vers des sites alternatifs», a ajouté M. Couillard.

Dans un rapport rendu public lundi, le Comité sur la situation des espèces en péril du Canada (COSEPAC) soutient que la petite population du mammifère marin de l'estuaire du Saint-Laurent fait face à «un risque de disparition considérablement plus élevé» qu'en 2004. Parmi les facteurs pouvant expliquer le déclin de l'espèce figurent la pollution, la perturbation causée par le bruit et le développement industriel de même que la prolifération d'algues toxiques. D'espèce menacée comme il était classé depuis 2004, le béluga est dorénavant «en voie de disparition».

Le gouvernement libéral a récemment édicté sept conditions à TransCanada pour donner son aval au transit du pétrole albertain sur le territoire québécois. La protection du béluga fera partie de l'équation dans la décision ultime, a indiqué M. Couillard.

«Cette information valide le cadre qu'on a voulu donner pour ce projet-là et ça va faire partie de l'évaluation, c'est clair», a-t-il dit.

La menace qui pèse sur la survie des bélugas n'ébranle pas l'enthousiasme du premier ministre Prentice, venu au Québec mardi «vendre» le pipeline.

Le projet d'oléoduc Énergie Est, qui permettrait d'acheminer plus d'un million de barils de pétrole brut par jour de l'ouest du pays vers les raffineries de l'est du Canada, est «très important pour l'avenir de notre pays», a-t-il insisté.

Techniquement, Énergie Est pourrait se déployer sans terminal au Québec, mais à titre de chantier s'inscrivant dans le «nation building», le projet serait «plus fort» avec un port sur le Saint-Laurent, a expliqué M. Prentice.

Le chef du gouvernement albertain a rappelé qu'il avait été ministre de l'Environnement du Canada pendant deux ans et qu'il est sensible aux impératifs environnementaux et à la préservation de la faune.

«Un terminal quelque part sur le Saint-Laurent est souhaitable, mais c'est clair que le site de Cacouna est problématique à cause des bélugas qui sont une espèce menacée, a concédé M. Prentice. Je souhaite qu'il y ait des discussions entre le promoteur et le premier ministre (Couillard) pour trouver un autre site.»

À cela M. Couillard a répondu que c'était au promoteur, TransCanada, de trouver l'endroit idoine.

«C'est à la compagnie de faire ses recherches», a-t-il dit.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer