Québec a-t-il reculé sur les aires protégées par le Plan Nord?

Le Plan Nord, dévoilé plus en détail en... (Photo fournie par Hydro-Québec)

Agrandir

Le Plan Nord, dévoilé plus en détail en 2011 par Jean Charest, a agréablement surpris la communauté scientifique internationale pour une raison entre autres: l'objectif déclaré de protéger de tout développement industriel la moitié de ce territoire boréal sauvage.

Photo fournie par Hydro-Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Un ancien directeur général à Parcs Canada a écrit au premier ministre Philippe Couillard pour s'inquiéter du recul apparent du gouvernement sur les engagements environnementaux prévus dans le Plan Nord.

Dans le document «Plan Nord: faire le Nord ensemble», publié en mai 2011, le gouvernement de Jean Charest entendait «consacrer, à terme, 50% du territoire du Plan Nord à des fins autres qu'industrielles» - soit «à la protection de l'environnement et à la sauvegarde de la biodiversité».

Or, l'ancien fonctionnaire fédéral Nikita Lopoukhine, aujourd'hui président émérite de la Commission mondiale sur les aires protégées à l'Union internationale pour la conservation de la nature (UIPN), s'inquiète d'un revirement apparent du nouveau gouvernement libéral de Philippe Couillard.

L'UIPN avait apporté son soutien à l'engagement initial du gouvernement Charest.

M. Lopoukhine dit avoir appris, lors d'une présentation de fonctionnaires à un forum sur le Plan Nord à Montréal, à la fin d'octobre, que le gouvernement souhaite maintenant «mettre en oeuvre des mesures de conservation sur 50 pour cent du territoire nordique, dont 20 pour cent d'aires protégées». Il se demande donc si le gouvernement Couillard ne vient pas d'inclure dans 30% de ce territoire conservé «des projets miniers, forestiers ou énergétiques industriels».

Dans sa lettre au premier ministre, datée de lundi dernier, M. Lopoukhine demande à Philippe Couillard de clarifier ce qui, espère-t-il, pourrait n'être qu'«un simple malentendu, qui peut être rapidement résolu», sur le fameux 50%.

«Je suis d'avis que cette substitution (de politiques) n'est pas cohérente avec la vision exprimée dans le Plan Nord (original), et ne permettra pas de faire de ce projet 'une référence internationale en matière de développement durable et de protection de l'environnement'», rappelle M. Lopoukhine, citant les espoirs que nourrissait le premier ministre Jean Charest en 2012.

Le cabinet du premier ministre Couillard a pris connaissance de la lettre et y répondra dans les meilleurs délais, a fait savoir Harold Fortin, dans un courriel acheminé en fin d'après-midi.

Les libéraux ont pendant des années présenté le Plan Nord comme un formidable levier économique pour le Québec, qui créerait des milliers d'emplois dans les secteurs de l'énergie, des mines et du tourisme. Mais le projet, dévoilé plus en détail en 2011 par Jean Charest, a agréablement surpris la communauté scientifique internationale pour une autre raison: l'objectif déclaré de protéger de tout développement industriel la moitié de ce territoire boréal sauvage - deux fois grand comme la France.

À la fin de septembre dernier, 500 scientifiques du monde entier signaient une lettre adressée au premier ministre Couillard pour l'encourager à tenir les promesses de Jean Charest en matière de protection du territoire dans ce projet.

Le Plan Nord avait été abandonné par le gouvernement du Parti québécois après son élection en septembre 2012, mais le nouveau gouvernement libéral a remis l'ambitieux projet sur les rails, comme Philippe Couillard l'avait promis en campagne électorale au printemps de 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer