Santé: deux aspirants chefs du PQ réagissent aux dires de Péladeau

Péladeau a dit, en entrevue à la radio,... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Péladeau a dit, en entrevue à la radio, voir d'un bon oeil l'apport du privé dans le réseau de la santé.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Deux candidats à la direction du Parti québécois ont affirmé leur attachement au système de santé public, mercredi, après que Pierre-Karl Péladeau eut fait l'éloge des services privés dans ce domaine.

En entrevue à la radio FM 93 de Québec en matinée, le député de Saint-Jérôme a dit voir d'un bon oeil l'apport du privé dans le réseau de la santé. Il a dit avoir lui-même reçu des soins préventifs - et non curatifs - dans un établissement privé avant de devenir député.

« Ce n'est pas antinomique avec les services publics », a dit M. Péladeau.

Le candidat possible à la direction du PQ a aussi semblé ouvert à ce que le privé prenne une plus grande place dans le réseau de la santé.

« En général, mais ce n'est pas nécessairement péremptoire et définitif, j'aurais tendance à penser que de mettre un aspect concurrentiel, c'est une bonne chose, a-t-il dit. Ça crée de l'excellence. »

En point de presse plus tard, il a précisé que ce commentaire ne s'appliquait pas spécifiquement au système de la santé.

« J'ai dit que, en général, la concurrence, la compétitivité, faisait en sorte de créer un sentiment d'émulation et de faire en sorte que nous puissions nous diriger vers l'excellence », a-t-il expliqué.

N'empêche, ses commentaires ne sont pas passés inaperçus chez ses possibles rivaux dans la course à la direction.

Le candidat Bernard Drainville y voit la preuve que M. Péladeau souhaite discuter « de la possibilité d'introduire plus de privé dans le système de santé ».

« Mon opinion : il faut au contraire éviter un glissement de plus en plus grand vers la privatisation de nos soins de santé, a écrit M. Drainville sur sa page Facebook. On croit à tort que le privé signifie automatiquement une réduction des coûts. C'est faux. »

En utilisant sa page Facebook, M. Drainville a repris une stratégie de communication que M. Péladeau a fréquemment utilisée au cours des dernières semaines.

Jean-François Lisée, qui a annoncé sa candidature à la direction du PQ vendredi, a lui aussi fait écho aux commentaires de M. Péladeau lors d'une commission parlementaire sur la réforme du système de la santé.

« Pour moi, c'est très clair, le problème du système de santé québécois, ce n'est pas qu'il n'a pas assez de privé, il y en a beaucoup, je pense qu'il y en a un peu trop », a-t-il déclaré.

Côté libéral, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a accusé Pierre-Karl Péladeau de vouloir ouvrir toutes grandes les portes du réseau de la santé au privé.

« Le privé existe exclusivement parce que le public n'arrive pas à donner des services, a-t-il dit. Notre mission est de donner des services au public. Maintenant, la position de M. Péladeau ce matin est pro-privé, point. Ce n'est pas la même chose. »

La présidente de la Fédération des infirmières du Québec, Régine Laurent, a également adressé une mise en garde au député péquiste.

« PKP pour le privé en santé ? La commercialisation de la santé, c'est NON! Ceux qui voudront privatiser notre réseau nous trouveront sur leur chemin », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer