Constitution: Legault favorable à un référendum préalable

Après avoir esquissé en fin de semaine la... (PHOTO STÉPHANE LESSARD, LE NOUVELLISTE)

Agrandir

Après avoir esquissé en fin de semaine la possibilité lointaine que la CAQ amorce des discussions constitutionnelles, M. Legault a donné plus de détails sur sa façon de voir les choses, mardi.

PHOTO STÉPHANE LESSARD, LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne

Pour la première fois depuis la création de son parti, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, s'est exprimé en faveur d'un référendum préalable à toute réintégration du Québec dans le giron constitutionnel.

Après avoir esquissé en fin de semaine la possibilité lointaine que la CAQ amorce des discussions constitutionnelles, M. Legault a donné plus de détails sur sa façon de voir les choses, mardi.

Le chef caquiste a affirmé qu'il était trop tôt pour déterminer si la liste des revendications traditionnelles du Québec, dont son caractère distinct, pourrait être allongée, une fois que l'économie du Québec aura rattrapé celle du Canada.

Le premier ministre Philippe Couillard a déjà affirmé son intention de permettre au Québec de ratifier la constitution canadienne de 1982, à la suite de négociations. En fin de semaine, M. Legault l'a mis en garde contre les risques de s'avancer sur ce terrain avec une économie plus faible que celle du reste du Canada.

Pour la première fois mardi, M. Legault s'est exprimé en faveur d'un référendum qui soumettrait les modifications constitutionnelles envisagées avant une ratification par le Québec.

«Bien c'est certain, oui. Oui, oui, oui», a-t-il dit en réponse à une question d'un journaliste.

Le chef caquiste a affirmé qu'il n'entrevoit pas pareil scénario avant «10 ans, 15 ans, 20 ans», d'ici à un redressement de l'économie.

«Ce que je dis à M. Couillard, ce n'est pas le temps de négocier la signature de la constitution canadienne par la Québec, parce qu'on est en position de faiblesse économiquement, a-t-il dit. C'est un message surtout pour Philippe Couillard.»

Guillaume Simard-Leduc, l'attaché de presse du chef caquiste, a confirmé que M. Legault abordait la question pour la première fois depuis la création de son parti, il y a un peu moins de trois ans.

M. Simard-Leduc a expliqué que cette position va de soi, pour la CAQ, depuis le référendum échoué sur le projet de réforme constitutionnelle conclu à Charlottetown en 1992, qui visait à permettre au Québec de ratifier le document à certaines conditions.

«Le minimum c'est qu'on consulte la population sur ce genre de changement fondamental», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer