PKP a commis une «erreur de bonne foi», dit Drainville

Bernard Drainville affirme que sa réflexion quant à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Bernard Drainville affirme que sa réflexion quant à sa possible course à la direction du parti «tire à sa fin» et qu'il annoncera ses intentions d'ici la fin du mois.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Bien qu'il estime que Pierre Karl Péladeau a commis une «erreur» en intervenant en commission parlementaire à l'appui de Québecor, Bernard Drainville se garde bien de lui jeter la pierre. En entrevue avec La Presse, le candidat probable à la direction du Parti québécois se fait par ailleurs le défenseur d'une version «plus consensuelle» de la Charte de la laïcité.

Au cours d'une entrevue accordée jeudi, le candidat probable à la direction du Parti québécois se montre indulgent à l'égard de son possible rival, qui fait l'objet d'une enquête du Commissaire à l'éthique pour son intervention dans la vente de Vision Globale.«Il avoue lui-même avoir commis une erreur et je pense que c'est une erreur de bonne foi, a-t-il indiqué. C'est une erreur essentiellement d'inexpérience, je pense. Ça reste une erreur, mais je pense que ça s'explique par son inexpérience, par le fait qu'il arrive.»

Le député de Marie-Victorin dit comprendre que la transition entre le monde des affaires et celui de la politique puisse être difficile pour PKP, étant lui-même passé du journalisme à la politique. Il se dit toutefois convaincu que le patron de Québecor parviendra à désamorcer les soupçons d'apparence de conflit d'intérêts qui ont fusé au cours des derniers jours.

La semaine dernière, M. Péladeau a proposé de placer ses avoirs dans une fiducie sans droit de regard s'il est élu à la tête du PQ. Il s'est également engagé à faire une «déclaration sur l'honneur» l'engageant à ne jamais intervenir dans ses médias.

M. Drainville note que ces mesures vont au-delà de la loi, puisque seuls les ministres ont l'obligation de placer leurs avoirs en fiducie.

«Je fais confiance, c'est-à-dire que je prends sa parole là-dessus, a-t-il dit. Je pense que Pierre Karl [Péladeau] va faire pour le mieux. Et si jamais ce n'était pas suffisant pour rassurer tout le monde, je suis convaincu que Pierre Karl [Péladeau] va proposer des solutions.»

M. Drainville a été tenu à l'écart du débat sur les avoirs du magnat de la presse par un mal de dos qui l'a forcé à recevoir des soins à l'hôpital. Presque rétabli, il compte revenir à l'Assemblée nationale la semaine prochaine.

Quant à sa possible course à la direction, le député affirme que sa réflexion «tire à sa fin» et qu'il annoncera ses intentions d'ici la fin du mois. S'il se lance, toutefois, il promet de mener une campagne «positive», appelant du coup ses collègues à modérer leurs attaques au cours des prochains mois.

Un «enjeu réel»

M. Drainville dit ne pas en vouloir à Jean-François Lisée, qui a été critiqué par plusieurs péquistes pour avoir lancé le débat sur les avoirs de Pierre Karl Péladeau il y a deux semaines. Au contraire, il estime qu'il s'agit d'une «question importante» et d'un «enjeu réel» dans la course à la direction du PQ.

«Je n'en veux pas à Jean-François [Lisée], mais, qu'on soit candidat ou pas, je lance un appel à la sagesse. Il faut qu'on protège le véhicule, qu'on protège le parti, qu'on protège l'idéal, a-t-il dit. C'est très important qu'on ne se magane pas trop dans cette course.»

Une question qui n'est pas réglée

Bien que son projet de Charte des valeurs soit mort avec la défaite électorale, Bernard Drainville estime que la question de la laïcité de l'État n'a toujours pas été réglée. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu'il souhaiterait déposer à nouveau tel quel le projet de loi 60 qu'il a défendu sous Pauline Marois.

Il évoque la possibilité de réduire le nombre de fonctionnaires qui seraient touchés par l'interdiction du port de signes religieux.

M. Drainville rappelle que le gouvernement Marois était minoritaire au moment du débat sur la Charte et qu'il devait nécessairement faire un compromis avec la Coalition avenir Québec s'il voulait faire adopter la Charte.

«Il y a peut-être moyen d'arriver avec une approche qui est différente et qui serait peut-être plus consensuelle, a-t-il convenu. Et ça, je suis prêt à en discuter.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer