Direction du PQ: Landry préfère Péladeau à Drainville

«Il est évident que le nom et la... (PHOTO SEBASTIEN PEDRAGLIO, LA PRESSE)

Agrandir

«Il est évident que le nom et la personne de Pierre Karl Péladeau en feraient une candidature séduisante, c'est une idée qui me plaît», a affirmé Bernard Landry à La Presse vendredi.

PHOTO SEBASTIEN PEDRAGLIO, LA PRESSE

Annabelle Blais
La Presse

Même si Bernard Landry dit attendre la liste officielle des candidats dans la course à la direction du Parti québécois, il a reconnu vendredi que Pierre Karl Péladeau serait un candidat de choix, tandis qu'il s'est montré plus pessimiste quant aux chances de Bernard Drainville. En plus de critiquer la proposition de ce dernier sur la tenue d'un référendum en 2023, M. Landry a déclaré: «Drainville n'est pas mon chef, et je ne crois pas qu'il le sera.

«Il est évident que le nom et la personne de Pierre Karl Péladeau en feraient une candidature séduisante, c'est une idée qui me plaît», a affirmé Bernard Landry à La Presse vendredi. Il a toutefois ajouté qu'il n'avait pas encore arrêté son choix, puisque la course n'a pas encore débuté.

Quelques heures plus tôt, il affirmait que l'indépendance n'était ni de droite ni de gauche, dans un discours prononcé devant une trentaine de jeunes membres de divers groupes citoyens indépendantistes réunis au Centre Saint-Pierre, à Montréal.

«Je ne veux choquer personne, mais [...] est-ce que quelqu'un peut dire: ''On va être indépendants et après on va être à gauche pour l'éternité''?», a-t-il dit.

M. Landry a reconnu n'avoir jamais vu un horizon «aussi peu encourageant» que celui auquel les indépendantistes font face aujourd'hui, mais ajoute du même souffle qu'il n'est surtout pas question d'abandonner la cause.

Lorsqu'on l'interroge sur la proposition de Bernard Drainville qui souhaite tenir un référendum sur l'avenir du Québec en 2023, si le PQ est élu en 2018 puis en 2022, M. Landry déplore ce délai un «peu long».

«Quand j'étais à la tête du Parti québécois et comme militant du PQ, j'ai toujours préconisé [un référendum] «le plus rapidement possible», a-t-il expliqué. Le mot «rapidement» est là, le mot «possible», aussi. C'est un beau mariage de clarté [...] Pauline Marois disait en temps opportun, et elle n'avait pas tort.»

Relancé par un média anglophone sur la proposition de M. Drainville et son éventuelle candidature dans la course à la direction du PQ, M. Landry va plus loin: «Drainville is not my chief and I don't think he will be

Martine Ouellet en réflexion

La députée péquiste Martine Ouellet, qui assistait au rassemblement vendredi, a indiqué qu'elle était toujours en réflexion au sujet de sa propre candidature. Elle s'est aussi montrée peu enthousiaste à l'idée de reporter de 10 ans la tenue d'un référendum.

«Ça s'inscrit dans la continuité de ce qu'on fait dans les dernières années. On a vu le 7 avril qu'il fallait faire les choses autrement», a-t-elle dit. Est-ce à dire qu'elle est favorable à un référendum la première année suivant l'élection d'un gouvernement péquiste? La députée a indiqué qu'elle aurait l'occasion de préciser sa pensée une fois sa réflexion sur sa candidature terminée.

Sol Zanetti, le chef du parti Option nationale qui était également présent, espère que les partis indépendantistes s'entendront d'ici les prochaines élections provinciales sur une démarche pour la tenue d'un référendum.

Le nouveau chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu, et Alexandre Leduc de Québec solidaire ont été invités à participer au rassemblement, mais ils n'ont pu être présents.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer