Billets de faveur: rien de scandaleux, selon des ministres

À titre de commanditaire d'une brochette d'événements -... (Photo: Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

À titre de commanditaire d'une brochette d'événements - dont le Grand Prix du Canada et le Festival international de Jazz (photo) - Loto-Québec dispose d'un stock de billets de courtoisie fournis par des promoteurs.

Photo: Bernard Brault, archives La Presse

Martin Ouellet
La Presse Canadienne
Québec

Les ministres Sam Hamad et Lise Thériault ne voient aucun mal à ce que des élus profitent de billets de faveur pour des activités récréatives.

M. Hamad a admis, mardi, avoir lui-même sollicité et obtenu des billets de faveur de la part du vice-président de Loto-Québec et ex-organisateur politique libéral Pierre Bibeau pour des événements commandités par la société d'État.

Le ministre du Travail a ainsi corroboré le témoignage livré la veille devant la Commission Charbonneau par l'ex-secrétaire de M. Bibeau, Jocelyne Truchon.

À titre de commanditaire d'une brochette d'événements - dont le Grand Prix du Canada et le Festival international de Jazz - Loto-Québec dispose d'un stock de billets de courtoisie fournis par des promoteurs.

Responsable de la gestion de la billetterie à partir de 2004, Mme Truchon a raconté que les appels d'élus étaient nombreux au bureau du vice-président aux affaires publiques de Loto-Québec pour obtenir des entrées gratuites. Elle a cité le cas du ministre Hamad qui a déjà réclamé des billets VIP pour l'Open de golf du Casino de Montréal.

Elle s'est aussi souvenue de contacts avec les cabinets du premier ministre Jean Charest, du ministre du Travail David Whissell, du ministre de la Sécurité publique Jacques Dupuis, du whip en chef Norman MacMillan et de l'ex-ministre déléguée aux Services sociaux et aujourd'hui ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault.

À l'Assemblée nationale, la députée caquiste Nathalie Roy a dénoncé la gestion des billets de courtoisie par Loto-Québec, y voyant un «racket à tickets pour les amis du régime libéral» .

«Cette pratique est indécente et va à l'encontre de l'éthique la plus élémentaire», a-t-elle lancé, exigeant des comptes au gouvernement.

La ministre Thériault a répliqué qu'il était d'usage que les sociétés d'État offrent des billets gratuits. Bien des parlementaires, toutes couleurs politiques confondues, ont profité de cette générosité, a-t-elle fait valoir.

«De tout temps, les sociétés d'État ont des billets de courtoisie qu'ils ont toujours offerts à différents intervenants et c'est vrai pour plusieurs parlementaires en cette Chambre, tous côtés confondus», a justifié Mme Thériault.

Son collègue Sam Hamad a tenu un discours similaire, tout en se défendant d'avoir voulu profiter d'un avantage indu.

«J'ai eu des billets, j'ai demandé des billets», a avoué le député de Louis-Hébert.

«Quel avantage un élu, et je parle pour l'ensemble des élus de l'Assemblée nationale au Parti québécois ou au Parti libéral, peut-il avoir avec une société d'État? Moi, pour moi, il n'y a aucun avantage et pour moi la question est réglée», a-t-il tranché.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer