Financement illégal: l'ex-PDG de l'AMT visé par l'UPAC

L'ex-PDG de l'AMT, Joël Gauthier.... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse)

Agrandir

L'ex-PDG de l'AMT, Joël Gauthier.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse

Joël Gauthier n'est plus à la tête de l'Agence métropolitaine de transport depuis 2012, mais il y a laissé de nombreuses traces de fréquentations soupçonnées d'être irrégulières avec les firmes de génie et les entrepreneurs ayant des contrats avec l'AMT. De plus, son passage aurait été marqué par des activités de financement illégal du Parti libéral du Québec dont il avait été le directeur général jusqu'en 2003.

C'est ce qui ressort des dénonciations de l'escouade Marteau de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) pour l'obtention de mandats de perquisition dans les bureaux de l'AMT. Ces documents judiciaires obtenus par La Presse et Radio-Canada, ont été totalement descellés ce matin. 

Les enquêteurs ont des raisons de croire que Joël Gauthier a commis une fraude à l'égard du gouvernement et un abus de confiance et a participé à une infraction en matière de financement politique. M. Gauthier n'a pas été arrêté jusqu'à présent et ne fait l'objet d'aucune accusation formelle. 

Le remplaçant de M. Gauthier à titre de PDG de l'AMT, Nicolas Girard, a rencontré l'escouade Marteau le 16 avril dernier. Il a transmis aux policiers de nombreuses informations concernant les activités de M. Gauthier inscrites à l'agenda de ce dernier. Le lendemain, Joël Gauthier annonçait son retrait de ses fonctions à la tête de l'entreprise de construction Hexagone.

Proximité douteuse

L'UPAC a exécuté le mandat de perquisition à l'AMT le 1er mai dernier. Dans les semaines précédentes, des enquêteurs ont rencontré les anciennes secrétaires de M. Gauthier, Anne Dumoulin et Sylvie Frenette. Toutes deux ont confirmé que leur patron recevait de nombreux chefs d'entreprises à son bureau tels que Rosaire Sauriol de Dessau, Yves Cadotte de SNC-Lavalin, Ann MacDonald de Bombardier et Joe Borsellino de Garnier Construction. Les noms d'autres entreprises sont mentionnés dont Génivar, Cosime et le Groupe SM. 

Cette proximité ressort également de l'agenda de M. Gauthier dont une copie papier a été transmise à la police par le directeur de l'audit interne pour l'AMT depuis 2012. Ainsi, entre 2004 et 2011, 200 inscriptions pour des rencontres avec des représentants de firmes sont répertoriées. On compte notamment 46 rencontres avec la firme Dessau et 14 avec SNC-Lavalin. 

Le 22 juin 2006, M. Gauthier aurait obtenu des billets de faveur pour assister au spectacle de Madonna, au Centre Bell. Étaient également présents à l'événement, l'ancien premier ministre Jean Charest, l'ancien organisateur en chef du PLQ, Benoît Savard, qui était devenu, à l'époque, vice-président de Dessau, Jean-Pierre Sauriol, grand patron de Dessau, le député David Whissel et la collectrice de fonds pour le PLQ et ancienne ministre libérale, Violette Trépanier. 

M. Gauthier aurait bénéficié de nombreux autres cadeaux ou récompenses dont des billets de hockey. L'ensemble des cadeaux reçus et le nom des firmes correspondantes auraient même été comptabilisés sur un fichier informatique. 

Il est mentionné qu'à la suite de la signature d'un contrat avec Bombardier, l'entreprise a invité M. Gauthier à Vancouver pour les Jeux olympiques de 2010. Bombardier a confirmé l'information. 

Selon l'ancienne secrétaire de M. Gauthier, Mme Frenette, son patron se serait ingéré dans le processus d'octroi de contrats de l'AMT afin de modifier les critères d'évaluations de certains appels d'offres. Lors de sa rencontre avec la police, elle a toutefois été incapable de préciser la teneur des dossiers. 

La vice-présidente Exploitation de l'AMT, Nancy Fréchette, a indiqué aux enquêteurs que M. Gauthier était intervenu dans un dossier de déneigement. La police note d'ailleurs que «le statut de PDG de Joël Gauthier lui conférait un pouvoir évident au sein de l'AMT».

Cellulaire brisé à «coups de talon»

Par ailleurs, la secrétaire Frenette a également raconté que son patron ne semblait pas vouloir que les données contenues dans son cellulaire puissent tomber dans des mains extérieures. Elle «déclare qu'à la demande de Joël Gauthier, elle a détruit un des cellulaires de Joël Gauthier à coups de talons», peut-on lire dans les documents. 

Le directeur de la Technologie et Communications à l'AMT, Sylvain Beaupré, a confirmé cet épisode aux enquêteurs. De plus, il a mentionné que Mme Frenette était allée le voir à quelques reprises pour remplacer le BlackBerry de M. Gauthier supposément tombé dans l'eau. M. Beaupré a expliqué que toutes les données demeuraient tout de même sur le serveur de l'AMT. 

Par ailleurs, l'actuelle secrétaire du PDG de l'AMT, Julie Legault, a affirmé à la police que sa collègue Mme Frenette lui a relaté avoir fait des dépôts d'argent comptant pour le compte de M. Gauthier dans une succursale de la Banque de Montréal. Les enquêteurs ont vérifié et M. Gauthier détient des «produits financiers à la BMO».

Financement occulte du PLQ

Il est également question de financement du PLQ. Deux personnes ont relaté des événements troublants aux policiers.  

Un avocat en poste à l'AMT depuis 2005, Michel Fortier, a affirmé à l'escouade Marteau avoir été sollicité par Joël Gauthier pour servir de prête-nom pour financer le PLQ. Après avoir refusé, Me Fortier a accepté que son épouse fasse une contribution de 3000 $ qui a été remboursée en argent comptant par M. Gauthier. 

Les policiers ont également recueilli le témoignage de Serge Daigle qui a été coordonnateur au PLQ de 2003 à 2007. Par la suite, il est devenu attaché politique de Line Beauchamp jusqu'en 2012 au bureau de circonscription de Bourassa-Sauvé. 

Selon M. Daigle, le financement sectoriel au PLQ était sous la responsabilité de l'homme d'affaires Marc Bibeau alors que celui des 125 circonscriptions relevait de Violette Trépanier. M. Daigle estime que le financement sectoriel avait permis d'amasser de 3 à 4 millions par année sur une période de 4 ans. 

Serge Daigle a également affirmé qu'en 2011, il s'est rendu à deux reprises au bureau de M. Gauthier pour récupérer deux enveloppes destinées au financement du PLQ. Une des enveloppes, non cachetée, contenait des chèques d'une valeur entre 10 000 $ et 12 000 $. L'argent provenait, à son souvenir, de firmes de génie ou d'architectes de la région de Valleyfield et Vaudreuil. Cette somme était destinée à la circonscription de Mme Beauchamp. La seconde enveloppe a été remise à Violette Trépanier. 

Entre 2005 et 2006, M. Daigle est allé chercher une autre enveloppe d'argent, mais cette fois, à la demande de Mme Trépanier. Il s'est rendu au cabinet d'avocats où travaillait Marc-André Blanchard. Ce dernier était alors président du PLQ. Selon M. Daigle, cette enveloppe pouvait contenir une trentaine de chèques. 

Il a également déclaré avoir servi de chauffeur à Mme Trépanier et à Marc Bibeau.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer