Ottawa désapprouve le projet de loi sur les soins en fin de vie

Le mourant sera réceptif à son entourage et... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le mourant sera réceptif à son entourage et il entendra les sous-entendus et comprendra l'invitation à réfléchir sur la possibilité de l'euthanasie.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
Ottawa

Alors que Québec s'apprête à adopter avant l'été sa loi sur les soins en fin de vie, Ottawa a fait savoir que l'initiative lui déplaisait.

Jeudi, d'une même voix, les quatre partis à l'Assemblée nationale ont souligné le retour du projet de loi C-52 qui passera rapidement à un vote libre et qui sera probablement adopté.

Le bureau du ministre fédéral de la Justice n'a pas tardé à exprimer son malaise. Alors que Québec parle de soins médicaux en fin de vie, à Ottawa on préfère utiliser les termes «suicide assisté» et «euthanasie».

«La question du suicide assisté suscite une grande émotion et des divisions chez de nombreux Canadiens. Notre gouvernement est d'avis que les dispositions du Code criminel qui interdisent le suicide assisté et l'euthanasie servent à protéger tous les gens, y compris les gens les plus vulnérables de notre société», écrit dans un courriel la porte-parole du ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay.

Déjà l'an dernier, le prédécesseur du ministre MacKay, Rob Nicholson, menaçait de mettre du sable dans l'engrenage.

Dans un communiqué diffusé en juin dernier, le ministre Nicholson annonçait qu'il allait étudier les répercussions de C-52, «un projet de loi sur l'aide médicale au suicide et l'euthanasie».

Pour sa part, le premier ministre québécois maintient qu'il ne s'agit pas ici d'euthanasie ni de suicide.

«Ce n'est pas de l'euthanasie selon nous, d'abord», a commencé par dire Philippe Couillard lors d'un point de presse à Gatineau, vendredi matin.

«C'est un projet de loi sur les soins de fin de vie, sur le continuum de soins», a-t-il précisé.

Le premier ministre Couillard assure que C-52 tombe dans les compétences de Québec et non pas d'Ottawa. Il cite les juristes experts qui ont tranché cette question lors du premier examen du projet sous l'ancien gouvernement libéral.

M. Couillard est donc convaincu que le projet de loi respecte la Constitution et est le reflet d'un «consensus social au Québec».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer