Julie Boulet reste au caucus «actuellement», dit Couillard

Philippe Couillard... (Photo Isabelle Tremblay, archives Le Quotidien)

Agrandir

Philippe Couillard

Photo Isabelle Tremblay, archives Le Quotidien

Tous les députés et les ministres du Parti libéral connaissaient leur objectif de financement, a déclaré le premier ministre Philippe Couillard jeudi, contredisant du coup Julie Boulet qui témoigne devant la commission Charbonneau. Il a indiqué que la députée et ex-ministre des Transports, « actuellement, demeure membre du caucus » libéral.

Julie Boulet... (Photo archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Julie Boulet

Photo archives La Presse

Son sort pourrait-il changer éventuellement ? a-t-on demandé au chef libéral. « On va voir le témoignage, on va voir le rapport. Mais actuellement, j'ai toujours dit que la présence de quelqu'un à une commission, ou la commission Charbonneau en particulier, ne signifie en rien une culpabilité, surtout pas au stade actuel de l'enquête », a répondu le chef libéral, à l'entrée d'une réunion du caucus libéral.

« On va attendre avant de juger les gens que les témoignages soient complétés et que la commission ait fait son travail », a ajouté M. Couillard, qui a choisi de ne pas nommer Julie Boulet à son conseil des ministres dévoilé le 23 avril.

Philippe Couillard a refusé de commenter directement le témoignage de Mme Boulet, qui se poursuit jeudi. Mais il a fait un commentaire contredisant les propos de l'ancienne ministre. « Comme dans tous les partis politiques, les gens connaissaient les objectifs de financement » au Parti libéral, a-t-il affirmé. Il a confirmé des représentants de la direction générale du parti « venaient communiquer les objectifs » aux députés et ministres à l'occasion des réunions du caucus libéral. Il ne se souvient pas d'avoir vu Marc Bibeau à ces réunions, alors que d'autres ont précisé que Violette Trépanier, responsable du financement au PLQ à l'époque, était présente.

Mercredi, Julie Boulet a martelé devant la commission Charbonneau qu'elle ne s'est jamais occupée de financement politique, au point où elle ne connaissait ni le coût de ses campagnes électorales, ni combien elle amassait en dons chaque année, ni son objectif de financement de 100 000 $.

Des collègues de Mme Boulet qui étaient ministres sous le règne de Jean Charest - Sam Hamad, Christine St-Pierre et Yves Bolduc entre autres - ont confirmé qu'ils connaissaient leur objectif de 100 000 $. M. Bolduc et Mme St-Pierre ont affirmé qu'il est possible que leur collègue Julie Boulet ne connaisse pas l'objectif fixé pour les ministres.

Yves Bolduc n'a « pas de problème » à ce que Mme Boulet demeure au caucus puisqu'elle fait un témoignage « honnête » à ses yeux.

Le sort de Mme Boulet, « c'est une discussion qui aura lieu caucus, je ne le sais pas », a dit de son côté le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau. Plusieurs députés ont refusé de commenter le témoignage de Mme Boulet.

« L'ensemble des partis politiques a des objectifs de financement, ce n'est pas ça qui est en cause. Ce qui est en cause, c'est la hauteur des objectifs et les situations de proximité », a souligné Philippe Couillard. « Maintenant qu'on a un financement populaire à 100$ maximum, ces questions ne se posent plus, et c'est une très bonne chose. »




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer