30 ans après la tuerie de l'Assemblée nationale

Marc Jalbert et Denis Lortie.... (Archives La Presse)

Agrandir

Marc Jalbert et Denis Lortie.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

À l'Assemblée nationale, trois traces de balles, dans le hall et un corridor de l'édifice, témoignent encore discrètement, 30 ans plus tard, du passage meurtrier du caporal Denis Lortie, qui s'est soldé par la mort de trois personnes.

Un trou dans le volet d'une fenêtre, une marque sur un cadre en cuivre et une éraflure sur un mur de marbre permettent d'imaginer les déflagrations qui les ont précédés, le matin du mardi 8 mai 1984, quand le soldat Lortie a marché jusqu'au Salon bleu dans l'espoir de tuer des politiciens et d'anéantir le Parti québécois au pouvoir.

Trente ans plus tard, le calme régnait dans l'édifice, jeudi, où ce sont plutôt les bruits de pas qui résonnaient dans les corridors vides, en attendant la reprise des travaux prévue dans deux semaines.

Postés aux entrées et dans des positions qui leur permettent de couvrir tous les angles à l'intérieur, les constables spéciaux ainsi que les agents du service de sécurité saluaient avec leur courtoisie habituelle le personnel, les visiteurs et au moins un journaliste à la recherche des derniers signes visibles de la fusillade.

Mercredi, le cabinet du président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, a annoncé qu'une plaque commémorative sera apposée prochainement dans l'hôtel du parlement pour commémorer la tragédie dont le 30e anniversaire, contrairement au 25e, passe cette année inaperçu.

Cindy Cannon se souvient d'avoir d'abord confondu le bruit des déflagrations de la mitrailleuse de Denis Lortie avec celui des travaux de construction qui étaient effectués, ce 8 mai 1984, sur l'édifice.

Mme Cannon, alors âgée de 20 ans, était à son poste ce matin-là, dans le bureau du député libéral Pierre Paradis, dont elle était la secrétaire.

«Je ne savais que c'était des coups de feu, il y avait tellement de construction à l'Assemblée, à l'époque souvent on entendait des bruits de foreuse à percussion, a-t-elle dit dans une entrevue téléphonique, jeudi. Donc c'était pas clair que c'était des coups de feu.»

Comprenant en écoutant la radio qu'un homme armé est dans l'édifice, Mme Cannon s'est réfugiée sous le bureau de M. Paradis, qui était absent ce jour-là, où elle a attendu d'être secourue.

«C'était un mardi matin, il n'y avait pas beaucoup d'activités à l'Assemblée et je disais: est-ce que quelqu'un va penser que je suis dans mon bureau et venir me chercher?»

Après une dizaine de minutes, le député libéral Ghislain Maltais est venu la chercher pour quitter l'édifice précipitamment.

«Quand on est sortis du parlement, je n'avais qu'une chaussure tellement on avait couru, on n'avait pas notre sac à main, on n'avait rien», a-t-elle dit.

Après avoir téléphoné à ses proches pour les rassurer, Mme Cannon est allée avec d'autres membres du personnel dans un restaurant près de l'Assemblée nationale. Mais il faudra attendre en fin de journée pour avoir une idée de l'ampleur du drame qui, en plus de trois morts, a aussi fait 13 blessés.

«On savait que c'était grave, mais on était tellement sous le choc et on n'avait pas d'information au restaurant, a-t-elle dit. Il y avait des rumeurs qu'il y avait des blessés, des morts, ils n'étaient pas très sûrs.»

Trente ans plus tard, les images de la tragédie à la télévision, lors des commémorations, continuent d'ébranler Mme Cannon.

«Je réalise que j'étais là, a-t-elle dit. J'étais jeune et j'étais moins consciente. Je me dis que ça aurait tellement pu être plus grave que ça.»

Vêtu de son uniforme militaire, Denis Lortie a réussi à atteindre le Salon bleu, où il espérait trouver les députés, qui ne siégeaient cependant pas ce matin-là. Là, il s'est assis avec son arme sur le fauteuil du président, où il a été rejoint par le sergent d'armes René Jalbert, qui l'a calmé et l'a convaincu de se rendre. En 1987, Lortie a été condamné à l'emprisonnement. Il a bénéficié d'une libération conditionnelle moins de 10 ans plus tard.

Pour son intervention héroïque, M. Jalbert, un ancien militaire décédé en 1996, a été décoré en novembre 1984 de la Croix de la Vaillance, décernée à seulement une vingtaine de personnes au Canada pour un acte de courage remarquable accompli dans des circonstances extrêmement périlleuses.

Témoin du déploiement policier depuis les fenêtres de son bureau à côté de l'hôtel parlement, il y a 30 ans, le député péquiste François Gendron, qui était ministre à cette époque, a déclaré jeudi qu'un malaise a subsisté longtemps après la fusillade, jusqu'à ce que le temps fasse son oeuvre.

«Quand tu sais que sur ton pupitre à l'Assemblée nationale, pendant un bon bout de temps, il y avait un trou de balle, pour le vrai, et que tu regardes l'horloge et tu dis: regarde, si on avait été dans cette enceinte, on aurait des grosses chances d'avoir été passé au crible. Donc, ça dérange. Ça dérange l'intérieur», a-t-il dit.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer