Convergence au Parti québécois

L'arrivée de Stéphane Bédard à la tête du... (Photo Jeannot Lévesque, Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'arrivée de Stéphane Bédard à la tête du PQ vient donner des ailes à la campagne prévisible de Pierre Karl Péladeau pour prendre éventuellement les commandes.

Photo Jeannot Lévesque, Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) ANALYSE - Autour de la table, tout le monde était mal à l'aise. Les analystes politiques de LCN, le réseau d'information continue de TVA, propriété de Québecor, écoutaient l'ancien député péquiste Jonathan Valois prédire qui allait être choisi chef intérimaire du PQ au terme de la journée.

«J'ai fait un pointage sérieux et ce sera Éric Bédard!», a dit Valois. Tout de suite on lui rappela qu'il s'agirait plutôt de son frère, Stéphane Bédard, le député de Chicoutimi.

Éric est le patron de Fasken Martineau, importante étude légale de Montréal, mais surtout avocat très proche de Pierre Karl Péladeau, nouveau député péquiste de Saint-Jérôme. Bédard était d'abord un ami de Julie Snyder, l'ex-conjointe de Péladeau, mais s'est bien rapidement rapproché du patron de presse. À telle enseigne que Bédard pouvait proposer à certains journalistes de lui faire signe s'ils voulaient intégrer le giron de Québecor.

Ils vont nier jusqu'à l'évidence, mais l'arrivée de Stéphane Bédard à la tête du PQ vient donner des ailes à la campagne prévisible de Pierre Karl Péladeau pour prendre éventuellement les commandes. Bien sûr, les périodes de questions à prévoir en juin à l'Assemblée nationale feront apparaître Péladeau en débatteur bien ordinaire. Difficile de conserver son aura de tycoon des médias quand on est en combat singulier, sous les caméras du Salon bleu.

Stéphane Bédard avait joué un rôle important dans l'acceptation par le caucus péquiste de la décision du gouvernement Charest d'injecter 200 millions de fonds publics dans l'amphithéâtre de Québec. «Mon amphithéâtre», résumait Pierre Karl Péladeau dans une entrevue à la radio tout récemment. À ce moment-là, dans le caucus péquiste, beaucoup avaient bien vu la ligne directe entre les frères Bédard pour faire avancer le dossier cher à Péladeau. C'est le député de Chicoutimi qui, avec Agnès Maltais, s'était porté garant de la légitimité du contrat qu'endossait le gouvernement Charest. Cette manoeuvre avait déclenché une crise sans précédent chez les députés de Mme Marois. Les Pierre Curzi, Louise Beaudoin et Lisette Lapointe avaient démissionné pour, entre autres griefs, dénoncer l'injection de fonds publics dans ce projet conçu clairement à l'avantage de Québecor.

Influence de longue date

Me Éric Bédard, qui était déjà au cabinet de Jacques Parizeau en 1994, tire des ficelles depuis des années pour choisir les chefs du PQ. Dans les bonnes grâces de Lucien Bouchard - un ami de son père, l'ancien ministre de la Justice Marc-André Bédard -, le jeune avocat avait pris fait et cause pour André Boisclair. À l'époque, il était cinglant à l'endroit de Pauline Marois, qui allait subir la défaite au leadership de 2005.

Au retour de Mme Marois en 2007, Bédard se fraya à nouveau un chemin parmi les conseillers, auprès de Mme Marois cette fois. Il a même été son représentant à la négociation du débat télévisé de 2008.

Un autre membre de la fratrie, Maxime Bédard, s'est lui aussi trouvé une place de choix dans l'empire Québecor, comme vice-président aux affaires juridiques de TVA.

C'est par l'entremise du tandem des Bédard que le journaliste de Radio-Canada Pierre Duchesne s'est retrouvé candidat du PQ dans l'une des circonscriptions normalement les plus sûres du Québec, Borduas. Mercredi, un journaliste apostrophait Duchesne avec une question sans merci: «Comment avez-vous fait pour perdre Borduas?»

Impartialité?

Dans le huis clos du caucus hier soir, Stéphane Bédard a promis la plus grande impartialité, devant un François Gendron plutôt indifférent, susceptible, lui, de se retrouver à une vice-présidence de l'Assemblée nationale.

Qui sera leader parlementaire? Quelques noms circulent, dont celui de Stéphane Bergeron, qui avait eu la même responsabilité pour le Bloc aux Communes. Alexandre Cloutier et Agnès Maltais sont aussi mentionnés.

Mais à partir de maintenant, Bernard Drainville et Jean-François Lisée devront faire leur deuil, tous les mouvements au Parti québécois seront décidés avec un objectif, une convergence: l'arrivée de PKP aux commandes.

Bien sûr, on jurera la plus grande impartialité. On a déjà joué dans ce film. Stéphane Bédard, leader adjoint à l'époque, tirait déjà des ficelles en coulisses, en faveur de Boisclair. Un autre «neutre», son chef de cabinet Simon Lajoie, recrutait les députés pour le clan du futur chef.

Le cheminement de Martin Tremblay, actuellement vice-président de Québecor, est une autre illustration de la proximité du tandem des Bédard avec PKP. Tremblay était à l'origine un simple employé au bureau de circonscription de Stéphane Bédard. À l'instigation d'Éric, on l'a retrouvé dans l'orbite du chef du PQ quelque temps. Puis, il est devenu attaché de presse du maire de Montréal, Gérald Tremblay - une suggestion d'André Lavallée, confie-t-on -, avant son arrivée comme bras droit de PKP à Québecor.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer