Immigration: sus au «premier arrivé, premier servi»

Une nouvelle formule proposée par la ministre de... (Archives PC)

Agrandir

Une nouvelle formule proposée par la ministre de l'Immigration Diane De Courcy s'inspire des pratiques en vigueur en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québec propose la fin de la politique du «premier arrivé, premier servi» pour les immigrants. La ministre responsable Diane De Courcy a déposé mardi un projet de loi pour mettre à jour la vieille Loi sur l'immigration, qui date de 1968.

«La formule du premier arrivé, premier servi rendait perdant tout le monde», a-t-elle expliqué.

La sélection devrait reposer plutôt sur une «déclaration d'intérêt», propose-t-elle. Les candidats rempliraient une fiche. Elle renseignerait Québec sur leur âge, leur maîtrise du français, leur formation et leur expérience professionnelle. Les candidats seraient classés par «ordre de priorité». On contacterait ceux qui sont les mieux adaptés aux besoins du marché du travail.

Cela permettrait par exemple de recruter maintenant plus d'ingénieurs civils ou d'orthophonistes, des métiers en demande, a expliqué Mme De Courcy.

La loi actuelle ne mentionne même pas «la francisation, la régionalisation et l'intégration parmi les objectifs de la loi», déplore Mme De Courcy. Son nouveau modèle s'inspire des pratiques déjà en vigueur notamment en Australie et en Nouvelle-Zélande. Il ne s'appliquerait toutefois pas aux demandes de réfugiés ou de réunification familiale, précise la ministre.

Cette banque serait renouvelée tous les deux ans. On modifierait au besoin les critères pour arrimer l'immigration aux besoins changeants du marché du travail. Cette méthode serait aussi «plus efficace», soutient la ministre de l'Immigration. Le système actuel crée un «engorgement». On pourra aussi donner l'heure juste plus rapidement aux candidats qui ne répondent pas aux critères, ajoute-t-elle.

La méthode actuelle contribue à créer «des taux de chômage très élevés», dit-elle.

Mais même si on sélectionne des immigrants qualifiés, leurs problèmes pour la reconnaissance des diplômes demeureront. Ce volet ne relève pas du ministère de l'Immigration. «La reconnaissance des acquis, la reconnaissance des diplômes dépendent de mes collègues qui ont accepté de travailler avec moi sur ce dossier», assure la ministre.

RENCONTRES SUR LA CHARTE

Mme De Courcy a rencontré il y a quelques semaines les représentants de 67 médias ethniques pour parler de la Charte de la laïcité. Elle était accompagnée par le ministre responsable de la Charte, Bernard Drainville. La discussion a duré 2h30, rapporte Mme De Courcy. Les candidats sont ainsi informés des intentions du gouvernement péquiste au sujet du port de signes religieux. «Ce qui préoccupe les personnes immigrantes, c'est l'attente au niveau de la reconnaissance de leurs diplômes, [...] c'est de trouver un emploi.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer