Un député libéral concède la victoire au PQ aux prochaines élections

Henri-François Gautrin, un des plus anciens députés de l'Assemblée... (Photo d'archives Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Henri-François Gautrin, un des plus anciens députés de l'Assemblée nationale, estime que la CAQ perdra des plumes lors du prochain scrutin. Le transfert de votes caquistes profitera alors principalement au PQ, selon lui, et non au PLQ, sauf dans la région de Québec.

Photo d'archives Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Un député libéral prédit la victoire du Parti québécois aux prochaines élections générales, si elles ont lieu ce printemps.

Vu la perte de popularité du Parti libéral du Québec, la chef péquiste Pauline Marois peut même espérer former un gouvernement majoritaire à court terme, selon l'estimation faite lundi par le député de Verdun, Henri-François Gautrin, lors d'un entretien avec La Presse Canadienne.

Aussi, le PLQ de Philippe Couillard court à sa perte et restera vraisemblablement confiné à son rôle d'opposition encore quelques années, prévoit le député libéral, qui siège à l'Assemblée nationale depuis 1989.

Il n'est pas courant de voir un député d'opposition concéder ainsi la victoire à l'adversaire, quelques semaines avant le déclenchement probable d'élections générales.

Cette douche froide fait écho aux bruissements de corridors entendus dans les rangs libéraux, où certains cachent de moins en moins leur crainte de voir les libéraux se diriger tout droit vers l'abattoir, si des élections sont déclenchées dans les prochaines semaines.

En soirée, le député a publié un communiqué pour s'excuser auprès de son chef, ses collègues et des militants libéraux. Il s'est aussi dédit, affirmant que la population élira Philippe Couillard comme premier ministre.

Les derniers sondages d'opinion donnent une avance très confortable au PQ chez les électeurs francophones.

La lecture du climat politique actuel faite par M. Gautrin, un des plus anciens députés de l'Assemblée nationale, est la suivante: tout indique que la Coalition avenir Québec (CAQ) perdra des plumes lors du prochain scrutin. Le transfert de votes caquistes profitera alors principalement au PQ, selon lui, et non au PLQ, sauf dans la région de Québec.

«Il est possible que les comtés caquistes de la grande couronne montréalaise retournent au Parti québécois. Je pense à des comtés comme Groulx, Blainville», relate l'ancien ministre.

Mme Marois aurait donc éventuellement une chance de former un gouvernement «faiblement» majoritaire, mais «ça va être serré», ou minoritaire, mais avec un nombre accru de députés péquistes, analyse M. Gautrin.

Dans l'ensemble, le vote libéral devrait quant à lui demeurer stable, selon le scénario le plus probable. Pas de saignée en vue, mais pas de gain non plus. Il croit possible que M. Couillard forme un gouvernement minoritaire, mais devrait plus vraisemblablement se contenter, comme maintenant, d'une cinquantaine de députés et former à nouveau l'opposition officielle.

Le résultat du prochain scrutin devrait donc être «relativement semblable» à celui de 2012, «avec une cinquantaine de comtés, disons 51, 52, 53» au PLQ, si le parti réussit à gruger des votes à la CAQ dans la région de Québec.

«Ma lecture, dit-il, c'est que l'électorat est relativement stable dans ce qui est de nos supports actuellement.»

La circonscription de La Pinière, forteresse libérale occupée par Fatima Houda-Pepin, qui a été exclue du caucus libéral et pourrait choisir de se porter candidate comme indépendante, demeurera dans le giron libéral, selon lui. «De cinq à 10 pour cent des gens votent pour le candidat, le reste vote pour le parti», dit ce mathématicien de formation.

Il craint que la prochaine campagne du PLQ soit difficile, mais quand même moins que la précédente, en 2012, qui a paru à certains comme un long chemin de croix, sur fond de conflit étudiant.

L'ex-ministre libéral explique l'apparente tiédeur actuelle de l'électorat envers le PLQ par le manque d'empressement du parti à proposer des solutions concrètes aux problèmes du Québec, depuis l'élection de M. Couillard à la tête du parti, il y aura bientôt un an.

«Je ne veux pas critiquer, mais je pense qu'il est temps qu'on propose actuellement des choses plus concrètes et des réalisations potentielles», souhaite le député.

Il explique aussi les difficultés du parti et sa baisse de popularité dans les sondages par le fait que les qualités et les forces de M. Couillard n'ont pas été suffisamment exposées. Le vrai test sera la campagne électorale: «Il faut simplement être en mesure de mieux mettre en valeur les capacités de Philippe Couillard».

Quant à lui, malgré ses 70 ans, M. Gautrin entend bien solliciter un huitième mandat à ses électeurs. «S'il y a un déclenchement à très court terme, je reste», assure-t-il.

Il s'attend à un déclenchement au début mars, pour un scrutin à la mi-avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer