Claude Blanchet doit s'expliquer à l'Assemblée nationale, dit la CAQ

François Legault... (Photo Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

François Legault

Photo Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le mari de Pauline Marois doit s'expliquer à l'Assemblée nationale au sujet de son «deal» avec le Fonds de solidarité de la FTQ, demande la Coalition avenir Québec (CAQ). Une transaction qui en date d'aujourd'hui a fait perdre 1,5 million de dollars aux cotisants.

Claude Blanchet... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Claude Blanchet

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Marois dénonce les attaques personnelles de Legault

«On pourrait confier un mandat au vérificateur général. Ça pourrait aussi être de faire comparaitre (Claude) Blanchet en commission parlementaire», avance le chef de la CAQ, François Legault.  

Mais sa demande restera lettre morte. Le Parti libéral (PLQ) ne veut pas la relayer. Même s'il dénonce le silence de Mme Marois, le chef libéral Philippe Couillard croit que l'Assemblée nationale ne doit pas se transformer en «commission Charbonneau parallèle».

Le chef caquiste n'est pas d'accord. «Ce n'est pas le rôle de la commission Charbonneau de faire une évaluation de la valeur (d'une transaction)», dit-il. Il aimerait obtenir les différents rapports d'évaluation faits pour la transaction.

À 30 cents d'un contrôle serré

La société BLF a été créée en 2007 par Claude Blanchet, avec le frère de Mme Marois. Dans l'écoute électronique entendue à la commission, le numéro 2 de la FTQ, Louis Bolduc, affirme que M. Blanchet avait alors payé ses parts «à dix cennes».

À la fin mars 2008, la société devient publique et émet des actions. Elle le fait à 30 cents par actions. C'est le prix que dit avoir payé M. Blanchet, qui investit un demi-million de dollars. Peu après, en juillet, la transaction se fait avec le Fonds de solidarité. Le Fonds investit près de trois millions. Il paye 30 cents par action.

La CAQ se demande si BLF a exagéré en mars 2008 la valeur de ses actions, juste avant son entente avec la FTQ. Pour un investissement fixe, plus l'action vaut cher, moins le Fonds obtiendra d'actions. Et moins il possèdera une grande part de la société. Ce qui en laisserait plus à M. Blanchet.

La valeur de BLF a-t-elle été mal évaluée par le Fonds? Deux éléments alimentent le questionnement de la CAQ.

D'abord, en 2008, BLF n'avait acquis que deux immeubles de 65 logements locatifs à Montréal, sur la rue Ridgewood, qui valaient moins de cinq millions de dollars. Cela justifie difficilement, selon la CAQ, que l'action passe de 10 à 30 cents juste avant la transaction avec le Fonds.

Ensuite, la somme de la transaction s'élève à 2 999 999,70 $. Soit 30 cents de moins que le seuil à partir duquel une série de contrôles serrés auraient été faits par le conseil d'administration. Il s'agit du seul placement du genre de l'histoire du Fonds dans des valeurs mobilières.

Le Fonds a depuis vendu une partie des actions à la moitié du prix d'achat. S'il vendait le reste aujourd'hui, les épargnants auront perdu 1,5 million dans l'aventure.

Le numéro 2 de FTQ ne semblait pas satisfait. «C'te dossier là, eux autres ont payé leurs actions à dix cennes, nous autres on a payé trente cents pis là ça vaut trois cents. Pis là, on va remettre encore de l'argent, pis osti on a perdu de l'argent là dedans», disait-il à Michel Arsenault, selon le témoignage entendu à la commission Charbonneau.

Durant cette période, Claude Blanchet a chargé en deux ans 694 000 $ en honoraires de gestion. Il s'est depuis départi de toutes ses actions et a quitté la société.

Il arrive que des placements soient déficitaires. Pourquoi une commission parlementaire sur cette transaction en particulier? La CAQ soupçonne-t-elle qu'on ait pu essayer de s'acheter une influence auprès du couple Blanchet - Marois? «Ces questions-là se posent», a simplement répondu M. Legault, sans vouloir aller plus loin.

Hier, la CAQ demandait le départ d'Yvon Bolduc. M. Bolduc craignait que le Fonds ait payé la moitié des travaux du Touch, le yacht de Tony Accurso. «Je voudrais pas que ça sorte», avait dit M. Bolduc dans une conversation téléphonique avec Michel Arsenault, patron de la FTQ. «Il était prêt à cacher une fraude!», dénonce François Legault.

En commission parlementaire l'automne dernier, Yvon Bolduc affirmait que le placement «tombe dans la catégorie des dossiers qui sont administrés par le fonds immobilier au Fonds de solidarité». Il disait donc ne pas avoir été impliqué.

Mais l'écoute électronique entendue à la commission Charbonneau permet d'entendre une autre version.

Louis Bolduc parle avec son patron, Michel Arsenault. Un dossier le «chicote»: celui de Capital BLF. «Mais ça c'est l'call à Yvon Bolduc, y nous ont demandé de le faire», dit le numéro 2. 

Michel Arsenault lui répond: «Au début, Yvon (Bolduc) dit : y as-tu des réticences? J'dis non, non. C'est un dossier, prends-le. Écoute, el flo, sa mère va toute bien être première ministre dans une couple d'années. J'ai pas dit de l'prendre pis de perdre de l'argent, par exemple.» 

Avec La Presse canadienne

Couillard dit non

Le chef libéral, Philippe Couillard, rejette catégoriquement l'idée de convoquer le conjoint de la première ministre Pauline Marois, Claude Blanchet, en commission parlementaire, afin qu'il s'explique sur ses liens avec le Fonds de solidarité de la FTQ et la centrale syndicale.

En conférence de presse, mardi, M. Couillard a soutenu que le Parlement n'a pas à se transformer en «commission Charbonneau parallèle» pendant que siège la commission elle-même.

Le chef libéral s'est toutefois bien gardé d'inviter la juge France Charbonneau à convoquer M. Blanchet - et même, éventuellement, Mme Marois -, disant ne pas vouloir s'ingérer dans la gestion de la commission d'enquête.

M. Couillard a néanmoins dénoncé le silence de Mme Marois, qui refuse tout point de presse depuis quelque temps, et a promis de talonner la première ministre sur ces questions.

Il a également invité les médias à faire de même, et à agir avec la même rigueur envers la chef péquiste, son gouvernement et son parti qu'avec celle qu'ils ont déployée à l'endroit du Parti libéral lorsqu'il était au coeur de la controverse.

-Avec La Presse Canadienne




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer