Pas d'entente avec l'Europe sans compensation pour les fromagers, dit Marois

«L'engagement que j'ai pris auprès de M. Harper,... (Photo Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

«L'engagement que j'ai pris auprès de M. Harper, c'est que nous accepterions de présenter cet accord devant l'Assemblée nationale (...) une fois qu'Ottawa aura eu une entente avec nos producteurs de fromage pour une compensation. Tant que nous n'aurons pas cette entente, je ne présenterai pas l'accord et il ne sera pas applicable», a prévenu Pauline Marois.

Photo Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Bruxelles) Si les fromagers québécois ne sont pas indemnisés par le fédéral, Québec n'adoptera pas l'Accord économique et commercial global Canada - Union européenne (UE). C'est la mise en garde lancée par Pauline Marois lundi à Bruxelles.

«L'engagement que j'ai pris auprès de M. Harper, c'est que nous accepterions de présenter cet accord devant l'Assemblée nationale (...) une fois qu'Ottawa aura eu une entente avec nos producteurs de fromage pour une compensation. Tant que nous n'aurons pas cette entente, je ne présenterai pas l'accord et il ne sera pas applicable», a-t-elle prévenu.

Elle venait de rencontrer Michel Barnier, commissaire au Marchés intérieur et au Service de l'UE.

«La question du fromage nous a embêtés jusqu'à la fin (des négociations), a-t-elle poursuivi. On a de petits producteurs qui ont commencé à produire depuis quelques années à peine, et qui ont peur pour leur marché.»

Chaque province canadienne et pays européen doit adopter l'entente afin qu'elle entre en vigueur. Le processus devrait prendre de 18 à 24 mois. 

Mais Mme Marois se montre confiante. Elle rappelle que le premier ministre canadien s'est engagé à dédommager les producteurs laitiers et fromagers du Québec. Et elle se garde pour l'instant de relayer la demande de l'Union des producteurs agricoles (UPA), qui exige 450 millions de dollars par année pour compenser les pertes de revenus anticipés à cause de la nouvelle concurrence européenne. La baisse des tarifs douaniers rendra ces produits plus intéressants pour les consommateurs québécois. 

Le ministre de l'Agriculture du Québec, François Gendron, «travaille avec l'UPA pour voir si c'est cette hauteur-là ou une somme différente. On n'a pas convenu d'une somme», a indiqué Mme Marois. 

Plus tôt dans la journée, Mme Marois participait à une table ronde avec des groupes belges et québécois, dont Québec international, la Chambre de commerce Montréal Métropolitain, le Regroupement des jeunes chambres de commerce et Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ).

La position de la première ministre sur le fromage laisse sceptique le président de MEQ, Simon Prévost.  «C'est peut-être de bonne guerre pour Mme Marois de prendre ce genre de positionnement, mais je pense que c'est un peu inutile dans la mesure où le fédéral a déjà annoncé qu'il était d'accord avec le principe d'une compensation. Ce serait par ailleurs une grave erreur de ne pas ratifier l'accord», a-t-il affirmé en interview à La Presse.

La table ronde avec Mme Marois et des Belges fut très utile, souligne-t-il par ailleurs.  «J'ai pu créer deux contacts prometteurs. Il y aura des suites et cela va nous positionner avantageusement avec l'Europe même avant la ratification de l'accord.» 

Que des avantages

À l'exception des produits laitiers, Mme Marois ne voit «pas de désavantages» pour le Québec dans l'entente de principe conclue en octobre. 

«On n'a pas beaucoup d'inquiétudes, honnêtement», a avancé la première ministre. 

Elle complète sa mission en Europe cette semaine pour se positionner dans la foulée de cet accord. 

Auprès du commissaire Barnier, elle a «fait valoir le fait qu'au Québec, il est possible pour une entreprise européenne de s'implanter chez nous et d'avoir accès au marché québécois, canadien, mais aussi américain (avec l'ALÉNA)».

«Pensez au Québec comme une portée d'entrée» pour le marché américain et mexicain, a-t-elle répété plus tard dans la journée au Palais des Académies de Bruxelles, dans le cadre d'une allocution devant environ 150 entrepreneurs et politiciens européens et québécois. 

Pas moins de 45% du PIB québécois dépend des exportations. La majorité des exportations va aux États-Unis. Mais l'importance de ce marché décline pour le Québec. De 2000 à 2012, les exportations québécoises ont chuté de 63 à 43 milliards de dollars. 

Dans ce contexte, l'UE apparaît comme un débouché d'autant plus alléchant. À l'heure actuelle, 12% des exportations québécoises y sont acheminées. Mme Marois espère que l'accord fera augmenter ces exportations de 10% dans les cinq prochaines années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer