«L'islam, une religion de violence», selon le fondateur de l'ADQ

Jean Allaire, fondateur et premier chef de l'Action... (Photo: Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Jean Allaire, fondateur et premier chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ), espère que François Legault, chef de la CAQ, adoptera une position plus ferme au terme de discussions avec le gouvernement Marois.

Photo: Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Fondateur et premier chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ), Jean Allaire reste sur sa faim quand il considère la position de son parti actuel, la Coalition avenir Québec (CAQ), sur le projet de charte de Bernard Drainville. L'avocat, qui avait mis tout son poids pour favoriser l'apparition de la CAQ, espère que François Legault adoptera une position plus ferme au terme de discussions avec le gouvernement Marois.

«Les gens vont voir qu'il faut peut-être aller plus loin», tranche l'avocat. L'ADQ avait fait un tabac à l'automne 2006 en prenant les devants au sujet des questions identitaires. C'était l'époque où les «accommodements raisonnables» faisaient quotidiennement la manchette. M. Allaire avait joué un rôle déterminant pour convaincre les adéquistes de se rallier au nouveau parti de François Legault.

Proche de la position péquiste

«Je ne suis pas tombé sans connaissance quand j'ai vu le projet du Parti québécois», confie le même Allaire. Spontanément, il reconnaît être «bien plus proche de la position péquiste que de celle adoptée par la commission Bouchard-Taylor», qui a été reprise essentiellement par la CAQ.

«Savez-vous pourquoi? Moi, j'ai lu le Coran étant jeune! Je suis à le relire, avec toute la pensée de l'islam. Et c'est un texte de conquête et de violence!», lance Me Allaire.

Une de ses connaissances, un «musulman modéré», n'aimait pas qu'on aborde ces questions. Quand on en a parlé, «je l'ai vu qui se trémoussait sur sa chaise... J'ai vu qu'il avait peur... Peur des barbus! Ne nous trompons pas, à Montréal, il y a des cellules d'Al-Qaïda! Les femmes se font instrumentaliser par ces barbus-là, qui leur disent: "C'est Allah qui le veut!" Or, ce n'est pas vrai! Le foulard, ce n'est pas dans le Coran!», lance-t-il. Le port du voile «est une façon pour eux de banaliser les choses, de dire que l'islam est une religion comme les autres alors que ce n'est pas le cas! Cette religion sort tout droit du Moyen Âge!», affirme Me Allaire.

«Aller plus loin»

M. Allaire, qui compte bien participer au conseil général de la CAQ à Québec samedi prochain, ne critique pas directement sa position. Son parti prône l'interdiction du port de signes ostentatoires pour les fonctionnaires investis du pouvoir de coercition du gouvernement (juges, policiers, gardiens de prison), ainsi que pour les directeurs d'école et les enseignants. Mais pour Jean Allaire, la position adoptée par François Legault, «c'est un début». «À l'usage, les gens vont voir qu'il faut peut-être aller plus loin!»

La kippa, que portent les hommes de confession juive, n'est pas un problème pour l'avocat de Laval. «Eux autres ne me fatiguent pas, ils n'essayent pas de nous contrôler. À certains endroits, à Outremont, les administrations municipales ont été imbéciles. Elles auraient pu leur dire, cela [la fête religieuse] va durer une journée, pas deux, pas trois. C'est tout! Mais on est mollassons, au Québec!»

Grincements internes

Entre l'ADQ et la CAQ, «la fusion des coeurs et des esprits n'a pas été faite». Les divergences ne viennent pas de l'aile parlementaire, mais des militants, constate-t-il. «J'essaie de ne pas être la belle-mère dans le ménage, je me suis fait poser un cadenas. Comme ancien chef, j'essaie d'être discret, mais comme dans la fable de La Fontaine: "mais il n'en pensait pas moins!" », dit-il, amusé.

Au sujet du peu de popularité de la CAQ, Me Allaire constate que le parti a plusieurs positions intéressantes au-delà du Plan Saint-Laurent, «mais elles ne sortent pas».

Ces positions proches du courant adéquiste «sont moins présentes» dans le plan de match de la CAQ. Parmi les documents adéquistes restés sur la tablette, on trouve une position sur la gouvernance de l'État, sur la gouvernance financière, un document à compléter sur la santé, toutes les prises de position de l'ADQ sur le vote proportionnel. «Tout le monde était d'accord, et tout à coup, personne n'en parle.»

Il y a, selon lui, «un goulot d'étranglement» autour de la direction du parti. «Certains disent qu'il y a un goulot d'étranglement dans les décisions de la garde rapprochée» de François Legault, résume-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer