Une augmentation justifiée, clament les commissions scolaires

Josée Bouchard, présidente de la Fédération des commissions... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Josée Bouchard, présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec, a expliqué la hausse du nombre de cadres.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «On n'est pas surpris de voir ce tableau circuler, le gouvernement coule ses documents, Mme Marois nous l'avait présenté lors de notre première rencontre», observe Josée Bouchard, présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec.

«Si on regarde ça en silo, on se dit: les commissions scolaires ont les mains dans le plat de bonbons!», dira-t-elle. Or, ces chiffres s'expliquent, insiste-t-elle, «et pas dans un cadre d'abondance ou d'exagération des commissions scolaires. Quand on regarde froidement les causes, tout s'explique!»

Plus de responsabilités

Avec les départs à la retraite, qu'on ne pouvait remplacer qu'une fois sur deux, «il y a des gens qui se sont retrouvés avec beaucoup plus de responsabilités. Il a fallu réévaluer leurs postes, or ces réévaluations ont été faites selon les règles du gouvernement», explique Mme Bouchard un éclairage qu'elle avait donné séance tenante à Mme Marois, soutient-elle.

Ces augmentations reflètent aussi l'obligation nouvelle du gouvernement de produire trois fois par année des états financiers - les commissions scolaires entraient dans le périmètre comptable du gouvernement. Ces contrôles supplémentaires ont nécessité l'embauche d'un cadre de plus par commission scolaire, un ajout qu'a même accepté de financer directement le ministère de l'Éducation.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer