Québec envisage l'abolition des commissions scolaires

La présidente de la Fédération des commissions scolaires... (Photo: Le Quotidien)

Agrandir

La présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec, Josée Bouchard, soupçonne le gouvernement de «faire le jeu de la CAQ».

Photo: Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement Marois met sur la table pour la première fois l'idée d'abolir les commissions scolaires, l'un des engagements électoraux de la Coalition avenir Québec (CAQ). Il veut mettre sur pied un comité qui aurait pour mandat d'étudier cette option, entre autres.

Selon les documents émanant du Conseil exécutif que La Presse a obtenus, le mandat du comité serait d'étudier le financement et la gouvernance du préscolaire, du primaire et du secondaire.

Il se pencherait sur les sources de financement des commissions scolaires et sur leur situation financière. Il proposerait des mesures pour améliorer l'équité et l'efficience du financement du système scolaire.

Surtout, Québec demanderait au comité d'évaluer les «modes de gouvernance» utilisés ailleurs et de proposer une «restructuration globale du système scolaire». Il évaluerait la pertinence de maintenir ou d'abolir les commissions scolaires, précisent les documents obtenus par La Presse.

Ce scénario fera rager la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ). Il y a deux semaines, sa présidente, Josée Bouchard, disait à La Presse qu'elle soupçonne le gouvernement de «faire le jeu de la CAQ» et de vouloir «aller chercher son électorat».

L'abolition des commissions scolaires est un cheval de bataille de la CAQ et de la défunte Action démocratique du Québec. Le gouvernement minoritaire de Pauline Marois cherche à obtenir l'appui de la formation de François Legault dans sa bataille contre les commissions scolaires. Il n'a pas le choix: il doit faire adopter un projet de loi cet automne s'il veut permettre le versement des crédits de taxes scolaires.

Le mandat du comité pourrait durer six mois, selon les documents du gouvernement. Ses recommandations pourraient bien n'être connues qu'après les prochaines élections.

La FCSQ réclame depuis des mois un nouveau pacte fiscal avec Québec. Le comité pourrait répondre en partie à ses revendications. Il faut s'attendre à des discussions serrées entre Québec et les commissions scolaires au sujet des experts qui seraient nommés au comité.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer