Marceau ne ferme pas la porte à une évolution du modèle éolien

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau.... (Photo Ryan Remiorz, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau.

Photo Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, ne ferme pas la porte à une évolution du modèle de production d'énergie éolienne, même s'il croit que le Québec n'avait d'autre choix que de faire appel au secteur privé pour démarrer le développement de cette filière.

En vertu du modèle actuel, c'est le secteur privé qui construit et entretient les parcs éoliens et Hydro-Québec garantit à ces producteurs privés l'achat de leur électricité, même si celle celle-ci coûte plus cher que l'électricité produite par les barrages d'Hydro-Québec.

Or, cette façon de faire est de plus en plus remise en question alors que le Québec produit davantage d'énergie que ce dont il a besoin et que la demande pour ces surplus est moins forte que prévu en raison de prix à la baisse.

Interrogé à la suite d'une allocution devant le Cercle de la finance internationale de Montréal, le ministre Marceau a d'abord insisté sur l'utilité de ces surplus.

«Les surplus dont nous disposons sont un atout incroyable pour développer l'économie du Québec», a-t-il indiqué, ajoutant qu'il entend s'en servir pour attirer de grands projets industriels au Québec.

Il a également justifié le modèle de développement de la filière éolienne en rappelant qu'au départ, le Québec n'avait eu d'autre choix que de faire appel au secteur privé.

«Ça part du principe qu'au Québec, il n'y avait pas l'expertise, il n'y avait pas les connaissances. Il y a des pays dans lesquels l'énergie éolienne avait été développée et on ne peut pas réinventer la roue à chaque fois.»

Cependant, le ministre a noté que l'industrie commence désormais à se développer au Québec et a souligné qu'une portion du dernier appel d'offres pour la production de 800 mégawatts avait été réservée pour qu'Hydro-Québec Production s'engage elle-même dans la production éolienne.

Interrogé sur la possibilité de se tourner davantage vers une production éolienne publique plutôt que privée, Nicolas Marceau a offert la réponse suivante: «Je ne dis pas que ça n'est pas possible, je ne dis pas ultimement que ce n'est pas souhaitable. Il fallait commencer quelque part et le quelque part qui a été choisi, ç'a été de confier (la filière) au privé, dans lequel il y avait l'expertise. Pour la suite des choses, nous sommes dans un régime qu'on pourrait appeler mixte, on verra pour la suite.»

Lors de son allocution au Cercle de la finance internationale, M. Marceau a qualifié d'acharnement la nouvelle tentative d'Ottawa de créer une commission des valeurs mobilières pancanadienne et a appelé les gens du milieu de la finance à faire pression sur le gouvernement Harper pour qu'il renonce à ce projet. M. Marceau a reproché aux conservateurs de maintenir une attitude de fédéralisme dominateur et paternaliste en tentant de faire indirectement ce que la Cour suprême du Canada lui a interdit de faire directement puisqu'il s'agit d'une juridiction provinciale exclusive.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer