Les libéraux minent la crédibilité de l'UPAC, accuse Bergeron

Stéphane Bergeron... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Stéphane Bergeron

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En remettant en question l'indépendance de l'UPAC, les libéraux en minent la crédibilité, accuse le ministre de la Sécurité publique Stéphane Bergeron.

«Est-ce qu'on doit comprendre que tout à coup, parce que le Parti libéral (PLQ) est sous la loupe de l'UPAC, la personne qu'ils ont nommée pour faire le travail n'a plus la crédibilité requise?», a lancé M. Bergeron. Il référait à Robert Lafrenière, patron de l'Unité permanente anticollusion (UPAC).

L'UPAC a perquisitionné le quartier général du Parti libéral (PLQ) en juillet. L'information a été rendue publique lundi soir. Puis mercredi, lendemain de la rentrée parlementaire, les enquêteurs se rendaient au domicile du chef libéral Philippe Couillard pour l'interroger

«Vous savez que j'ai travaillé avec les médias assez longtemps, avait alors réagi le libéral Robert Poeti. Si les gens pensent que c'est un hasard... Ça s'est passé la veille de la rentrée parlementaire. Je vous laisse le soin d'en juger. Si on pense que ce matin [mercredi], c'est encore un hasard...»

Le ministre Bergeron y voit une critique voilée contre le commissaire Lafrenière. «Si c'est le cas, qu'on pose la question directement, qu'on le dise directement, et qu'on cesse ces sous-entendus malsains qui minent la crédibilité de l'UPAC», a-t-il chargé. 

Son collègue Pascal Bérubé, ministre du Tourisme, a aussi dénoncé les propos de Robert Poeti. «Pourquoi évoquer que l'agenda de l'UPAC serait soumis à des impératifs politiques ? Est-ce que c'était le cas lorsque M. Poeti était à la Sûreté du Québec? Pourquoi, maintenant que le Parti libéral est touché, il y aurait des liens, qu'il évoque lui-même, avec le politique ? Ce sont des accusations extrêmement graves. J'aimerais qu'il puisse préciser sa pensée.»

Jeudi, le député libéral Pierre Paradis a affirmé qu'il s'interroge lui aussi au sujet du moment où sont survenues les révélations sur les perquisitions au PLQ et l'interrogatoire de Philippe Couillard. «Pourquoi c'est arrivé au début de la session parlementaire? Ça aurait pu arriver avant, puis ça aurait pu arriver un peu plus tard. Disons que... comment je pourrais dire ça... le hasard fait les choses comme ça», a dit le vétéran avec un sourire en coin. «Vous me posez la question, je vous ai dit que je me posais la question. Si j'avais la réponse, je vous la donnerais», a-t-il ajouté.

Il estime que son parti survivra à ces turbulences qu'il qualifie de «crisette». «Le Parti libéral transcende les différentes décennies au Québec. C'est un parti qui dure parce que les valeurs du parti sont solides. Ce sont des valeurs de droit et de liberté individuelle (...). Ces valeurs-là font en sorte qu'à travers les crisettes qu'on peut traverser, puis on n'en connaît pas l'ampleur, on survit toujours, parce que notre marque de commerce comme tel, est une marque de commerce de gens qui sont dévoués aux intérêts de la population.»

Philippe Couillard a dit mardi ne pas savoir si des députés libéraux étaient dans la mire de l'UPAC. «Non seulement je ne le sais pas, mais je ne veux pas le savoir. Je ne veux pas me mêler des enquêtes policières», avait-il répondu. 

« Le dernier qui a dit cela, c'était Gérald Tremblay», a réagi le ministre Bérubé. 

Bergeron, la FTQ et la chasse aux sources

Plus tôt en septembre, le ministre Bergeron a lui-même été accusé d'ingérence quand on a appris que le chef de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), Michel Arsenault, s'était adressé directement à lui pour réclamer une enquête policière contre les fuites médiatiques. Différents médias ont en effet révélé que M. Arsenault avait été placé sous écoute policière. Le leader syndical a demandé au gouvernement une chasse aux sources journalistiques. Les policiers ont depuis commencé cette offensive contre ces journalistes qui enquêtaient sur les scandales d'éthique.

Mais M. Bergeron a déjà précisé qu'il n'avait jamais parlé personnellement à M. Arsenault à ce sujet. La demande du président de la FTQ a simplement été transférée à la Sûreté du Québec, qui était de toute façon déjà sur le dossier, dit le ministre.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer