Legault veut remettre l'économie au centre des débats

Le chef de la Coalition Avenir Québec François... (ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le chef de la Coalition Avenir Québec François Legault.

ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Magdaline Boutros
La Presse Canadienne
L'ASSOMPTION

Au moment où le débat sur la laïcité de l'État bat son plein, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) estime que les Québécois veulent parler davantage de fardeau fiscal et de croissance économique.

«La priorité, c'est de s'occuper des familles et de la classe moyenne», a scandé François Legault en dressant le bilan, dimanche, dans sa circonscription de L'Assomption, de sa tournée estivale des régions du Québec qui lui a permis de faire connaître son Projet Saint-Laurent.

La question des accommodements raisonnables a certes été abordée lors de sa tournée de cinq semaines, mais les Québécois lui ont davantage parlé de hausses de taxes, a souligné M. Legault.

«Les familles et la classe moyenne sont étouffées», a martelé le chef de la CAQ, indiquant qu'elles n'avaient plus de «marge de manoeuvre» avec, entre autres, le maintien de la taxe santé et les hausses des taxes scolaires.

«Ça ne peut plus durer. C'est clair qu'il faut réduire le fardeau fiscal des familles», a-t-il ajouté.

Lors de son congrès qui se tiendra au mois de novembre, la CAQ se penchera sur les meilleures avenues à adopter pour soutenir financièrement la classe moyenne. Le porte-parole du parti en matière de Finances, Christian Dubé, déposera alors un rapport sur la question, découlant d'un coup de sonde qu'il mènera au cours des prochaines semaines sur les routes du Québec.

Peu de personnes rencontrées ont abordé de front la question de la charte des valeurs québécoises et des accommodements raisonnables, a rapporté M. Legault, ce qui lui fait dire que la priorité des Québécois est ailleurs.

«Les Québécois ne veulent pas noyer le poisson comme Philippe Couillard veut le faire, mais ils ne veulent pas non plus qu'un parti politique exploite le problème comme le fait le Parti Québécois», a illustré M. Legault.

Il tend d'ailleurs la main aux troupes de Pauline Marois pour qu'elles fassent un pas dans sa direction en limitant l'interdiction de signes religieux aux employés de l'État qui sont en position d'autorité.

«Si le Parti québécois est responsable, il devrait adopter notre position et on pourrait adopter rapidement un projet de loi. Actuellement, il y a un risque de dérapage», a fait valoir M. Legault.

Présenté comme un véritable plan de relance de l'économie québécoise, le Projet Saint-Laurent propose de créer un pôle d'innovation dans la vallée du Saint-Laurent, à l'image du modèle développé en Californie avec la Silicon Valley.

Pour réaliser ce projet - qu'il étayera dans un livre qui sera publié le mois prochain - M. Legault compte faire de l'innovation le levier «pour mettre le cap sur un Québec gagnant».

«Comme cela se fait à Boston, en Californie et partout dans le monde, nous devons rapprocher nos universités de nos entreprises afin de développer de nouvelles technologies et créer des emplois de qualité à la fine pointe de la technologie», a expliqué M. Legault.

La CAQ souhaite également faire du tourisme un jalon de son plan de développement économique. «Le fleuve nous offre un attrait incroyable, mais nous attirons encore trop peu de croisières internationales», a-t-il noté.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer