Charte des valeurs québécoises: Marois vante l'intégration à la française

La France a un modèle de laïcité qualifié... (Photo PASCAL GUYOT, AFP)

Agrandir

La France a un modèle de laïcité qualifié de «fermée» par les experts : les jeunes n'ont pas le droit d'y porter le hijab à l'école publique et le niqab (avec une étroite ouverture pour les yeux) est complètement interdit en public.

Photo PASCAL GUYOT, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TERREBONNE) La première ministre a vanté le modèle de laïcité et d'intégration à la française - notamment pour les immigrants du Maghreb - jeudi après-midi, en marge d'un discours économique.

La Charte des valeurs québécoises, «je ne crois absolument pas que ce soit un danger» pour l'immigration francophone de confession musulmane», a assuré Mme Marois au cours d'un bref point de presse.

«Le plus bel exemple, à mon avis, c'est la France, qui a un nombre très imposant de personnes d'origine maghrébine et qui a trouvé un espace pour bien vivre avec tous ces ressortissants d'autres religions, d'autres États», a-t-elle dit.  

Mme Marois pense que le projet de Charte de son gouvernement va «clarifier les choses» avec les immigrants de cette région du globe.

«Ici, il y a une liberté de parole, une liberté de religion, et cela continuera, a-t-elle ajouté. Il ne faut surtout pas faire croire aux gens que ce que nous faisons empêche la liberté de religion.»

La semaine dernière, la première ministre avait attaqué le modèle d'intégration britannique, en assurant qu'il créait de la dissension dans la société. «En Angleterre, ils se tapent sur la gueule et s'envoient des bombes» à cause du multiculturalisme, avait-elle déclaré.

A contrario, la France a un modèle de laïcité qualifié de «fermée» par les experts : les jeunes n'ont pas le droit d'y porter le hijab à l'école publique et le niqab (avec une étroite ouverture pour les yeux) est complètement interdit en public.

Le caucus uni 

Par ailleurs, il n'y aura pas de Maria Mourani au PQ, selon les explications de Pauline Marois. 

L'ensemble du caucus péquiste à l'Assemblée nationale appuie l'interdiction des signes religieux ostentatoires dans la fonction publique, a assuré la première ministre. Il s'agit d'un projet qui fait l'unanimité au gouvernement. 

La réflexion quant au sort qui serait réservé à un député qui émettrait des critiques envers le projet - comme Maria Mourani - est donc «complètement théorique», a ajouté Mme Marois.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer