Construction: l'Assemblée nationale adopte une loi spéciale

«Ça existe, le droit de grève, dans le... (La Presse Canadienne)

Agrandir

«Ça existe, le droit de grève, dans le secteur de l'industrie de la construction. Cependant, évidemment, on ne doit pas le laisser s'éterniser. Nous avons pris la meilleure décision», a soutenu Pauline Marois. Quinze jours de débrayage étaient le «maximum acceptable» à ses yeux.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les grues vont reprendre leur valse dans les chantiers de construction mardi. Après plus de 14 heures de débats, l'Assemblée nationale a adopté, vers 00h30 lundi, une loi spéciale qui force le retour au travail des 77 000 grévistes, mais pas aux conditions que souhaitait le gouvernement Marois.

La loi reconduit les conventions collectives pour un an et augmente les salaires de 2% cette année. Le gouvernement voulait fixer les hausses salariales à 8,6% sur quatre ans et prolonger toutes les autres dispositions des conventions collectives durant cette période. Le Parti libéral et la Coalition avenir Québec ont utilisé leur majorité au parlement pour modifier la loi.

«Nous avons été contraints d'accepter une solution temporaire. L'opposition nous a privés de préserver la paix et la stabilité sur les chantiers pour les quatre prochaines années. Mais notre principal objectif est atteint: le retour au travail se fera dès mardi», a affirmé la première ministre Pauline Marois. Selon elle, le Québec risque d'être «replongé dans un conflit et de revenir à la case départ» dans un an «à cause des choix de l'opposition» qui «n'ont rien à voir avec l'intérêt du Québec».

Dimanche avant-midi, Québec a déposé sa loi spéciale pour ramener sur les chantiers les 77 000 travailleurs du secteur institutionnel, commercial et industriel, en grève depuis deux semaines. Sa loi spéciale prévoyait de reconduire les conventions collectives jusqu'au 30 avril 2017. Québec maintenait le statu quo quant aux conditions de travail durant cette période, alors que le patronat avait plusieurs demandes, litigieuses, sur les horaires de travail, le temps supplémentaire et la mobilité de la main-d'oeuvre. Le gouvernement se contentait plutôt de fixer les hausses de salaire: 8,6% sur quatre ans, dont 2% pour cette année.

Pauline Marois plaidait que sa loi «assure la stabilité économique pour les prochaines années» et «respecte le droit de négocier des travailleurs et des employeurs». Le gouvernement donnait selon elle toute la marge de manoeuvre nécessaire aux parties pour continuer de négocier et, «en tout temps», de convenir de modifications aux conventions collectives.

Mais le Parti libéral et la Coalition avenir Québec se sont opposés à l'échéancier de quatre ans. Forts de leur majorité, ils ont adopté un amendement qui reconduit les conventions collectives pour un an seulement, jusqu'au 30 juin 2014, et fixe la hausse salariale pour cette année à 2%. Ils voulaient au départ une hausse en fonction de l'indice des prix à la consommation - inférieure à 2 % -, mais ils y ont renoncé.

Pour le chef du Parti libéral, Philippe Couillard, fixer les salaires et prolonger les conventions pour quatre ans n'était «pas un incitatif à la poursuite des négociations». Avec un échéancier d'un an, les parties ont intérêt à conclure une entente pour renouveler les conventions collectives, a-t-il fait valoir.

De son côté, le chef caquiste François Legault a accusé le gouvernement de vouloir favoriser les syndicats. «On ne peut pas, comme le Parti québécois le fait, accepter les demandes syndicales et ne pas tenir compte des demandes du côté du patronat», a-t-il lancé. Selon lui, reconduire les conventions pour quatre ans et donner des hausses de salaire durant cette période enlevait «tout rapport de force à la partie patronale». «Le gouvernement a essayé d'en passer une petite vite, et ça n'a pas marché», a-t-il dit.

La ministre du Travail, Agnès Maltais, a tenté en vain d'empêcher l'opposition de modifier la loi. Elle a même menacé de retirer la loi spéciale. Elle a par la suite proposé un compromis en faisant passer son échéancier de quatre à deux ans, mais l'opposition a refusé. «Les partis d'opposition introduisent un biais en faveur du patronat» qui risque de nuire au climat de travail sur les chantiers, a-t-elle accusé.

De son côté, Québec solidaire a condamné le recours à une loi spéciale. «Ça entache profondément le droit de grève », a déploré le député Amir Khadir. Sa collègue Françoise David croit qu'une telle loi «joue en faveur des patrons».

«Ça existe, le droit de grève, dans le secteur de l'industrie de la construction. Cependant, évidemment, on ne doit pas le laisser s'éterniser. Nous avons pris la meilleure décision», a soutenu Pauline Marois. Quinze jours de débrayage étaient le «maximum acceptable» à ses yeux.

Elle a rappelé que 100 000 travailleurs sont retournés au travail la semaine dernière après la conclusion d'ententes dans les secteurs résidentiel, du génie civil et de la voirie. Elle entend maintenant «accompagner» patrons et syndiqués du secteur institutionnel, commercial et industriel pour qu'ils arrivent à renouveler les conventions collectives avant la fin de la loi spéciale dans un an.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer