PLQ: le financement «sectoriel» à l'agenda de Jean Charest

La réputation de «machine à ramasser de l'argent»... (Photo archives La Presse)

Agrandir

La réputation de «machine à ramasser de l'argent» du PLQ, sur laquelle son nouveau chef, Philippe Couillard (que l'on voit avec Jean Charest), affirme vouloir tourner la page, semble bien méritée.

Photo archives La Presse

Partager

(Québec) L'agenda détaillé de Jean Charest à l'époque où il était chef de l'opposition démontre à quel point il participait au quotidien à la recherche de financement «sectoriel», en compagnie du chef d'orchestre de ces campagnes au Parti libéral du Québec, Marc Bibeau.

Rencontres à répétition avec des professionnels pour le financement du parti, prévisions de recettes pour chaque cocktail; on ne faisait pas mystère de ces offensives «sectorielles» menées tambour battant, comme en fait foi l'agenda de M. Charest à l'époque, dont La Presse a obtenu une cinquantaine de pages. La réputation de «machine à ramasser de l'argent» du PLQ, sur laquelle son nouveau chef, Philippe Couillard, affirme vouloir tourner la page, y semble bien méritée.

Tournée de bureaux

Ainsi, le 28 novembre 2001, le chef libéral a à son horaire, à partir de 14h, une «tournée des bureaux» de la Place Ville-Marie à des fins manifestes de recherche de financement, en compagnie de «Marc Bibeau-sectoriel», comme le précise l'agenda. M. Bibeau, patron de Shockbéton et de Beauward, est aussi propriétaire de plusieurs centres commerciaux au Québec. Le chef libéral doit dans sa tournée serrer la pince de Rick Groome, de Desjardins Valeurs mobilières, au 26e étage. Il verra par la suite Rémi Marcoux, de Transcontinental, «33e étage», et finalement Denis Boivin, de Samson Bélair, au 30e étage.

À 16h, Jean Charest est de retour à son bureau pour «appels et signatures» après deux heures de cette étonnante guignolée. À plusieurs endroits dans son agenda, on se contente d'étiqueter l'activité comme «sectoriel-MB» (pour Marc Bibeau) en donnant le numéro de cellulaire de cet organisateur bénévole.

L'expression «financement sectoriel», largement utilisée dans l'agenda du chef de l'opposition, désigne les activités de financement menées auprès de clientèles cibles, les ingénieurs ou les avocats. Ces démarches sont légitimes et légales, mais elles restent un terreau fertile pour l'utilisation de prête-noms, une pratique dans laquelle une entreprise rembourse à des employés ou à des cadres les dons qu'ils font à un parti à titre individuel. Le Directeur général des élections a récemment mis au jour 13 millions de dollars de financement «sectoriel» dans les deux principaux partis, et il s'emploie à vérifier si on a utilisé le stratagème des prête-noms pour accumuler ces sommes.

À la commission Charbonneau, le vice-président de SNC-Lavalin, Yves Cadotte, a parlé récemment de M. Bibeau, relevant qu'il jouait un rôle-clé dans le financement du PLQ auprès des firmes de génie-conseil. Ginette Boivin faisait la même chose pour le Parti québécois (PQ), selon M. Cadotte, qui a aussi assuré qu'il n'y avait aucun lien entre les contributions aux partis politiques provinciaux et l'obtention de contrats du ministère des Transports du Québec.

L'ex-premier ministre n'a pas voulu commenter les documents obtenus par La Presse. «On parle de faits qui remontent à parfois plus de 14 ans, on n'est pas en mesure de vérifier l'exactitude des faits, on n'a pas accès aux originaux», a expliqué Me Gregory Larocque, adjoint de l'ancien premier ministre chez McCarthy Tétrault.

«À l'évidence, M. Charest était très occupé, il rencontrait beaucoup de monde. Il rappelle qu'il arrivait en poste et qu'il devait rencontrer les gens du Québec, du monde des affaires, du monde juridique, mais aussi des secteurs culturel et académique, précise Me Larocque. M. Charest a toujours respecté les règles de financement», conclut-il, rappelant que Marc Bibeau «était bénévole».

«M. Bibeau ne commentera pas un document qui clairement ne lui appartient pas, lui est totalement étranger et dont il lui est impossible de valider l'authenticité», a pour sa part répondu Lise Tétreault, adjointe administrative chez Beauward, au nom de Marc Bibeau.

D'autres activités

Les pages de l'agenda de l'ancien chef évoquent d'autres activités de financement. En novembre 2001, Jean Charest assiste au cocktail libéral de la circonscription de Chomedey au restaurant Onyx, propriété de Tony Accurso, qui obtiendra huit ans plus tard une notoriété certaine. L'objectif du cocktail est formulé bien prosaïquement: «35 @ 1000». Le rapport 2001 du Directeur général des élections montre une récolte plus modeste: 21 000$ ont été amassés durant cette réception à 1000$.

Détail amusant, l'avocat Michel Décary, que M. Charest a rencontré à l'époque avec une série de ses collègues au cabinet d'avocats Stikeman Elliott, est dépeint comme «très près du PQ». Il représente actuellement le Parti libéral du Québec à la commission Charbonneau. Parmi les «avocats confirmés» à une réunion de financement se trouve aussi Suzanne Côté, qui allait devenir la procureure choisie par le gouvernement du Québec lors de la commission Bastarache sur le processus de nomination des juges.

Le même automne, un «cocktail sectoriel MB» chez Fraser Milner Casgrain prévoit «25 @ 1000». On y retrouve notamment le conservateur Jean Bazin, qui sera nommé par la suite président du conseil d'Investissement Québec - il y est toujours.

Un autre «sectoriel-MB» mentionné dans l'agenda du chef libéral s'est tenu chez McCarthy-Tétreault, où le contact est Marc-André Blanchard, alors président du PLQ. Me Blanchard est désormais patron de McCarthy pour l'ensemble du Canada, un cabinet juridique où travaillent actuellement Daniel Johnson et Jean Charest.

___________________________________________

Le financement «sectoriel» terminé, promet Couillard

Il n'y aura plus de financement «sectoriel» au Parti libéral du Québec, promet Philippe Couillard.

S'il hésite à parler de «rupture», «un mot quand même gros» par rapport aux pratiques passées du PLQ, le nouveau chef rappelle que tout l'environnement juridique du financement politique a été profondément modifié au cours des dernières années.

«Si le financement sectoriel est ce qu'on entend à la commission (Charbonneau), soit viser un secteur économique particulier avec un objectif spécifique, c'est clairement plus là. Plus personne n'est là. Que les individus puissent faire des dons, personne ne peux s'y opposer quels que soient leurs milieux d'origine, avec le financement à 100$ on est dans un nouvel environnement», souligne le chef du PLQ dans un entretien à La Presse.

Il y a eu aussi des changements quant au maximum de dépenses en campagne électorale, «tout cela a contribué à améliorer le climat et permettre aux militants de se concentrer sur les idées», soutient M. Couillard.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer