Souveraineté: le ministre Cloutier a insulté les Québécois, dit le PLQ

Le député libéral de Laurier-Dorion Gerry Sklavounos.... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Le député libéral de Laurier-Dorion Gerry Sklavounos.

Photothèque La Presse

Partager

Martin Ouellet
La Presse Canadienne
Québec

Le ministre Alexandre Cloutier a insulté des millions de Québécois en fin de semaine en qualifiant «d'adversaires» les tenants du fédéralisme, a soutenu lundi le député libéral Gerry Sklavounos.

En point de presse, le député de Laurier-Dorion a condamné sans appel les propos tenus samedi par le ministre des Affaires intergouvernementales et de la Gouvernance souverainiste devant des centaines de militants réunis à Québec pour les États généraux sur la souveraineté.

Alors qu'il plaidait sur la tribune en faveur de l'unité des factions indépendantistes - Parti québécois, Option nationale, Québec solidaire - le ministre Cloutier a déclaré: «Oui, nous devons unir nos forces. Nos vrais adversaires, ce ne sont pas les souverainistes, ce sont les fédéralistes».

Pour le député de l'opposition libérale, ces commentaires révèlent «un grave manque de jugement» de la part d'un ministre censé représenter tous les citoyens, peu importe leur orientation constitutionnelle.

Comme membre du gouvernement du Québec, M. Cloutier a insulté tous ceux, nombreux, qui n'adhèrent pas à l'option souverainiste, a fait valoir M. Sklavounos, rappelant que les Québécois ont dit non à la souveraineté par référendum à deux reprises depuis 1980.

«C'est une insulte, qu'on le veuille ou non, envers les gens qui ne partagent pas cette option politique (alors que) ce sont des Québécois à part entière», a soulevé le député.

«Quand Alexandre Cloutier, qui est un ministre du gouvernement et qui est censé représenter les Québécois, dit que les gens qui sont fédéralistes, qu'ils soient Québécois ou non mais surtout Québécois, sont ses adversaires, je trouve cela inacceptable», a-t-il ajouté.

M. Sklavounos ne s'est pas arrêté là. Il a aussi mis en doute le sens des priorités des participants aux États généraux sur la souveraineté qui ont consacré beaucoup d'énergie en fin de semaine dernière à débattre d'une révision du lexique souverainiste.

Pendant qu'ils se demandent s'il vaut mieux employer le mot «indépendance» plutôt que «souveraineté» ou «provincialiste» au lieu de «fédéraliste», les péquistes au pouvoir oublient que l'économie du Québec est en perte de vitesse, a allégué le député montréalais.

S'il concède aux souverainistes le droit de discuter entre eux d'alliances politiques, M. Sklavounos juge qu'ils devraient au moins s'interroger si le moment est bien choisi pour le faire.

«Je ne leur reproche pas de se rencontrer et de se parler, mais je dis que ce sont de mauvaises choses au mauvais moment alors qu'on a perdu 30 000 emplois au cours des deux derniers mois et qu'on a un recul de 3 pour cent au niveau de l'investissement privé», a-t-il affirmé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer