Aussant recevra un salaire d'Option nationale

Partager

Le chef du parti souverainiste Option nationale, Jean-Martin Aussant, a obtenu un appui fort et clair de sa base militante, réunie cet après-midi au palais des congrès de Montréal. 97% des membres lui ont accordé leur confiance, confirmant son leadership dans ce jeune parti politique, toujours sans député élu à l'Assemblée nationale.

>>> À lire aussi : Option nationale en faveur de la loi 101 appliquée aux cégeps

Les membres ont également voté en faveur d'une motion spéciale qui permet à M. Aussant de toucher un salaire annuel de 86 669 dollars dès maintenant. Ce salaire, que le principal intéressé a qualifié de « symbolique », lui permettra de travailler à temps plein pour le parti sans deuxième revenu, a-t-il expliqué.

«86 000 dollars, pour les heures que je mets, ce n'est pas loin du salaire minimum», a dit M. Aussant au micro, alors que certains membres réclamaient un débat sur la question, voulant notamment que soit discuté le montant du salaire.

«Fonder un jeune parti politique demande énormément de temps et nous avons un chef formidable. Nous devons nous assurer qu'il puisse travailler», a plaidé pour sa part l'ancienne députée de Crémazie, Lisette Lapointe, qui a quitté le Parti québécois avec fracas l'an dernier et qui consacre désormais sa vie politique pour militer au sein d'Option nationale.

Une fois la motion du salaire du chef adoptée, les membres d'ON ont ovationné avec enthousiasme Jean-Martin Aussant, qui s'est levé sur une chaise et qui a applaudi à son tour sa base militante.

«Je vais tenter d'être digne de votre confiance. Ce qu'on fait est extraordinaire. Maintenant, lorsque vous retournez dans vos régions, vous devez fonder des exécutifs locaux. Nous devons parler de nos idées, faire connaître notre vision. Parmi les cinq partis politiques nationaux, Option nationale est la formation politique qui est la plus prête à aller en élections générales. Nous sommes partis de rien, sans moyen, et nous bâtissons une structure qui prend forme aujourd'hui», a déclaré M. Aussant, lors de son discours de clôture.

Division du vote

Option nationale ne croit pas diviser le vote souverainiste au Québec, mais «incarne le seul et unique vote en faveur de la souveraineté». Selon le chef du parti, voter pour le Parti québécois ou pour Québec solidaire n'est pas une garantie qu'un référendum sur la souveraineté sera organisé lors d'un premier mandat.

« Le PQ est là depuis toujours. La plupart des gens qui étaient réunis aujourd'hui n'ont pas connu, dans leur vie adulte, l'absence du PQ. Il faut un changement d'habitude. Un jour, les gens vont se dire qu'un vote souverainiste, c'est un vote pour Option nationale. Dans les plateformes des autres partis, il n'y a rien de concret», a dit M. Aussant.

Questionné à savoir comment sa formation politique voulait se distinguer de Québec solidaire, M. Aussant a dit que l'attitude du parti envers le capitalisme était différente.

«Mon opinion, c'est le capitalisme bien encadré par un système légal et réglementaire est le meilleur système. Je souhaite aussi la bienvenue aux souverainistes de droite, qui ont leur place à Option nationale. Quand on veut travailler pour que le Québec devienne un pays, c'est ici qu'on doit s'impliquer», a-t-il répondu.

Différents scénarios

Le parti a présenté aux membres les états financiers et leurs espérances pour la prochaine année. La formation politique compte actuellement près de 8000 membres et espère voir augmenter ce nombre de 2000, pour atteindre une base militante de 10 000 membres répartis dans les 17 régions administratives du Québec d'ici l'an prochain.

Avec le financement populaire et l'appariement accordé par le Directeur général des élections du Québec, Option nationale s'attend à avoir des surplus de 288 888 dollars, si son effectif augmente. Cet argent, a indiqué M. Aussant, sera investi dans des campagnes publicitaires et à l'embauche de nouveaux employés permanents.

Jean-Martin Aussant n'a pas précisé dans quelle circonscription électorale il voulait se présenter. Il n'exclut pas l'option d'être présent aux prochaines élections partielles, si elles ont lieu dans des régions où le vote souverainiste est substantiel.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer