Option nationale en faveur de la loi 101 appliquée aux cégeps

Pierre Curzi possède désormais sa carte de membre... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Pierre Curzi possède désormais sa carte de membre du jeune parti souverainiste.

Photo Robert Skinner, La Presse

Partager

Marie-Michèle Sioui
La Presse

Les membres d'Option nationale (ON) se sont prononcés dimanche en faveur de l'application de la loi 101 aux cégeps, une proposition largement défendue par les ex-députés péquistes Lisette Lapointe et Pierre Curzi, lui qui possède désormais sa carte de membre du jeune parti souverainiste.

C'est l'abrogation d'un article voulant étendre la loi au réseau collégial qui a été rejeté, cristallisant en effet le programme initial d'ON à ce sujet. «J'ai mené le même combat qu'au Parti Québécois (PQ) et j'ai été guidé par les mêmes convictions», a lancé Pierre Curzi, qui prône le français comme «langue commune» au Québec, utilisée dans l'ensemble des services publics. «Ça s'accompagne du respect de la langue privée», a-t-il ajouté, se disant favorable à l'arrivée de «nouvelles langues» au Québec.

Son ex-collègue péquiste Lisette Lapointe est d'accord. «Malgré la loi 101 qui a francisé le visage de Montréal et fait en sorte que les enfants d'immigrants ont été des enfants de la loi 101, donc parfaitement intégrés, je trouve qu'on perd du terrain», a-t-elle affirmé. «Les immigrants qui arrivent ici ont l'impression d'être dans une ville bilingue. On doit demander à tous ceux qui arrivent au Québec d'aller au cégep en français.»

Et les autochtones qui parlent une autre langue que celle de Molière? «On n'en a pas parlé», a-t-elle admis. S'il a acheté sa carte de membre d'ON pour être en mesure de participer au congrès, Pierre Curzi ne semble pas renier ses origines péquistes pour autant. Questionné sur un éventuel retour en politique, il a d'abord indiqué qu'il n'en était «pas question» dans les circonstances actuelles. 

«Ça (une union entre le PQ et ON) pourrait faire partie des conditions objectives qui changent la carte», a-t-il cependant ajouté quelques minutes plus tard. «Mais on est encore loin de là.» Reste que le congrès de la permanence d'Option nationale, comme il l'a nommé, confirme selon lui l'important terrain que gagnent les troupes souverainistes.

Comme Lisette Lapointe, il a insisté sur la présence de nombreux jeunes au congrès et assuré que le projet de souveraineté n'était pas mort, même au sein des troupes de Pauline Marois. «Le parti québécois manque de vibrance», a-t-il observé. «Il prend des décisions stratégiquement et électoralement rentables.»

À l'instar de Pierre Curzi, Lisette Lapointe s'est dit en faveur d'alliances entre partis souverainistes «à moyen terme». L'idée, pour ces fervents souverainistes, serait d'utiliser le projet national pour en faire un élément d'unification, et non de division. «Le programme de souveraineté est plus clair à Option nationale qu'il ne l'est au PQ», a déclaré Lisette Lapointe, qui a claqué la porte du PQ pour ensuite donner son appui à ON aux dernières élections.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer