Martine Desjardins «serait extraordinaire» comme députée, dit Marois

Ce matin, La Presse rapportait que les corridors de... (Photo Pascal Ratthé, Le Soleil)

Agrandir

Ce matin, La Presse rapportait que les corridors de l'Assemblée nationale bruissaient de rumeurs autour d'une éventuelle candidature de l'actuelle présidente de la FEUQ.

Photo Pascal Ratthé, Le Soleil

Partager

Pauline Marois et son ministre Jean-François Lisée n'ont pas cherché à éteindre les rumeurs entourant une éventuelle candidature de la leader étudiante Martine Desjardins au PQ, samedi, la première ministre allant même jusqu'à encenser ses qualités de politicienne.

En fin de journée, la principale intéressée a fermement nié avoir eu quelque contact que ce soit avec le Parti québécois (PQ) concernant la suite de sa carrière.

Pourtant, l'actuelle présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) «serait extraordinaire» en tant que députée péquiste, a affirmé Mme Marois, refusant de commenter davantage.

Le ministre Lisée, pour sa part, a qualifié «d'au mieux extrêmement prématurée» toute discussion dans ce dossier. «Il faudrait d'abord qu'elle fasse son travail à la FEUQ, en toute indépendance, a-t-il affirmé. Elle a un travail de représentation étudiante à faire à la FEUQ et il faut qu'il n'y ait aucune arrière-pensée sur un avenir lointain.»

Il a affirmé ne pas avoir entendu cette information circuler, tout en soulignant que de nombreux anciens leaders étudiants avaient fait leur nid au Parti québécois.

«Ce sont toujours les générations de leaders qui ensuite prennent leur place au gouvernement», a-t-il affirmé, rappelant que des péquistes comme Claude Charron, Bernard Landry et André Boisclair étaient aussi passés par la politique étudiante. «Mais pour Mme Desjardins, ce n'est vraiment pas le moment.»

«Je n'ai pas été approchée»

Samedi matin, La Presse rapportait que les corridors de l'Assemblée nationale bruissaient de rumeurs autour d'une éventuelle candidature de la présidente de la FEUQ. Selon ces confidences, elle souhaiterait se lancer en politique avec les troupes péquistes.

Mme Desjardins a réfuté être en train de se «négoci[er] une job contre une indexation» dans un court message publié sur sa page Facebook. Sur le réseau social Twitter, elle a critiqué l'information et sa diffusion sans jamais la nier clairement pendant toute la journée.

Après la publication des réactions de M. Lisée et de Mme Marois par La Presse, elle s'est faite plus directe. «Franchement, je n'ai pas été approchée, ni fait de démarches en ce sens», a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

En entrevue avec La Presse Canadienne, elle s'est faite tout aussi claire.

«Je nie catégoriquement [avoir été approchée], tous partis politiques confondus», a répliqué Martine Desjardins. «Je pense qu'on essaie, à une semaine du sommet [sur l'enseignement supérieur], de mettre plus de pression sur les acteurs qui y seront, mais il ne faudrait pas non plus véhiculer de fausses rumeurs.»

Son mandat à la tête de la FEUQ termine à la fin avril.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer