ANALYSE

Pauline Marois et le «facteur humain»

En début d'année, l'annonce de la candidature de... (Photo: archives PC)

Agrandir

En début d'année, l'annonce de la candidature de Daniel Breton a été une bouée de sauvetage inespérée pour Pauline Marois, alors assiégée par ses députés. Lors de la formation du gouvernement, la récompense ne s'est pas fait attendre avec la nomination du député à titre de ministre. Une erreur, à l'évidence.

Photo: archives PC

Partager

Denis Lessard
Denis Lessard
La Presse

(Québec) Quand on pense à Daniel Breton, il est difficile de ne pas revoir les 500 bouteilles vides de Caballero, photographiées par un propriétaire furieux contre son locataire en fuite.

Pauline Marois, elle, se souvient plutôt de cette réunion fébrile d'une garde rapprochée paniquée, dans son bureau de la Place Ville-Marie. Au début de l'année, assiégée par ses députés, elle y a évoqué même son départ, jusqu'à ce que le directeur du parti, Sylvain Tanguay, se souvienne: l'environnementaliste Daniel Breton était prêt à se porter candidat! Dans une période où tout le monde pariait sur le départ de la chef péquiste, l'annonce du nouveau candidat dans Sainte-Marie-Saint-Jacques était une bouée de sauvetage inespérée. Lors de la formation du gouvernement, la récompense, une nomination nettement prématurée du néophyte au tempérament ténébreux, était une erreur, à l'évidence.

André Boisclair avait été, qualité rarissime chez les anciens chefs péquistes, d'une loyauté impeccable avec celle qui lui avait succédé. Un appui dans la tempête, un encouragement dans la campagne électorale; on voulait un ascenseur qui revienne vite, dans un contexte où le gouvernement, minoritaire, peut être envoyé à la casse dans quelques mois. La précipitation est toutefois mauvaise conseillère. André Boisclair vient de renoncer à la permanence blindée dans la haute fonction publique que lui avait consentie Mme Marois. Et la première ministre termine l'année avec cette fausse note, conséquence d'une lecture erronée de l'humeur de l'électorat. Les gens en ont soupé, des coûteux privilèges de la classe politique.

Bien des décisions prennent leur source dans le «facteur humain», surtout les mauvaises. Avoir les mains sur le volant suppose du pragmatisme, au risque de décevoir les attentes souvent.

Hier, Pauline Marois a fait le bilan de sa première session parlementaire: deux projets de loi importants, un budget et une ribambelle de décisions rapidement remballées, des ajustements de tir ou des retraites dans le désordre. On a peine à croire que le gouvernement a été formé il y a moins de 100 jours.

Le non-respect des engagements du PQ

Mme Marois s'est défendue hier d'avoir reculé. La liste des décisions qui montrent que le gouvernement n'a clairement pas respecté ses engagements est pourtant longue. L'admission aux cégeps anglophones ne sera pas soumise à la loi 101 en dépit des décisions du congrès et du Conseil national. Sur la taxe santé, Québec n'a pas offert l'abolition promise, mais modulé le fardeau en taxant davantage les contribuables à hauts revenus. Contrairement aux engagements encore, il a dégelé les tarifs du bloc patrimonial d'Hydro-Québec. Les nouvelles places en garderie sont annoncées... mais pour l'an prochain. Les places en garderie pour les enfants de 4 ans ne sont pas budgetées. Après des mois de cafouillage, le gouvernement a repris la formule libérale pour réformer le placement dans la construction. La décision, délicate, sur les redevances minières est remise à 2013, comme pour le programme «d'assurance autonomie». Deux lois importantes ont été adoptées, dans la précipitation toutefois - la loi 1 qui force les entrepreneurs à montrer patte blanche posera des problèmes importants d'application. L'autre sur le financement des partis politiques ramène à 100$ la contribution maximale à un parti.

Mme Marois avait-elle une autre solution? Si elle avait foncé et fait fi du vent contraire, les députés de l'opposition se seraient précipités pour dénoncer l'intransigeance et le manque de sensibilité d'un gouvernement qui, on doit le rappeler, a une bien courte majorité. En 2003, Jean Charest, majoritaire, a utilisé la guillotine pour une multitude de projets de loi controversés et déclenché des manifestations sans précédent devant le Parlement. Il n'a pas davantage accepté de mettre de l'eau dans son vin avec les étudiants, le printemps dernier, avec les dérives dont on se souvient.

L'opposition

En face, Jean-Marc Fournier n'a clairement pas l'ascendant nécessaire pour forcer la cohésion des troupes libérales. Candidats à la succession de Jean Charest, Raymond Bachand et Pierre Moreau n'ont su profiter de la tribune de l'Assemblée nationale pour mousser leurs chances de devenir chef du parti. N'eût été le budget, M. Bachand ne serait guère intervenu. Pierre Moreau pose bien rarement des questions. Cajolés pendant des années par un aréopage de sans-grade, les anciens ministres font de bien piètres combattants une fois passés dans l'opposition. Seul Sam Hamad, homme de main de Philippe Couillard, paraît avoir le couteau entre les dents quand il intervient.

De retour au Parlement après trois ans d'absence, François Legault a été étonnant. Il a fait ce qu'il avait promis de faire. Dans la plupart des dossiers, sa formation s'est fait un point d'honneur de suggérer des avenues au lieu de se contenter de critiques prévisibles.

Du côté de Québec solidaire, il est manifeste qu'Amir Khadir ne s'amuse plus autant depuis qu'il doit composer avec Françoise David. La lune de miel avec le Parti québécois s'est bien vite terminée avec le budget de Nicolas Marceau.

Le gouvernement Marois termine l'année mal en point. Pourtant, sans que personne y prête attention, il est parvenu à éviter le débat le plus douloureux qui se trouve sur sa route; la revue nécessaire des régimes de pension. Un comité est formé depuis plusieurs mois, mais son président, Alban d'Amour, n'a pas oublié ses années de fonctionnaire «coopératif». Le rapport attendu à l'automne a été décalé de plusieurs mois. Les Québécois savent déjà qu'ils devront payer plus pour la taxe santé, pour leur électricité et qu'ils auront moins de services. Comment réagiront-ils quand ils apprendront qu'ils devront attendre plus longtemps pour prendre leur retraite?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer