Fréquenter le club 357c n'est pas répréhensible en soi, dit Fournier

Jean-Marc Fournier... (Photo: PC)

Agrandir

Jean-Marc Fournier

Photo: PC

Partager

(Québec) Fréquenter le club privé 357c n'est pas en soi répréhensible, fait valoir le chef intérimaire du Parti libéral, Jean-Marc Fournier, alors que deux ex-collègues sont sous la loupe de la commission Charbonneau.

Les anciens ministres libéraux Line Beauchamp et Tony Tomassi font partie d'une liste de personnes qui ont été invitées au 357c dévoilée à la commission Charbonneau. La Commission fait état de rencontres avec des entrepreneurs.

Jean-Marc Fournier s'est fait laconique à ce sujet. « Je vais laisser la Commission faire son travail », s'est-il contenté de dire.

Il a toutefois affirmé que se rendre au 357c n'est pas condamnable. Il y est allé lui-même quand il était ministre de la Justice et responsable des ordres professionnels pour rencontrer les représentants du Collège des médecins.

D'ailleurs, presque tout le gratin politique s'est déjà rendu au 357c. La première ministre Pauline Marois elle-même reconnaît qu'elle y a eu des rencontres « un peu plus privées » avec « pas mal de gens ». Lucien Bouchard, par exemple. Mais pas Tony Accurso ni Paolo Catania. Elle y a déjà rencontré des chefs syndicaux, comme Michel Arsenault et, il y a deux semaines, de jeunes entrepreneurs pour les consulter au sujet des orientations de son gouvernement.

«  Dans le fond, c'est un club tout à fait légal, où des membres qui ont les moyens de le faire cotisent. Ça permet d'avoir des rencontres où on veut être en privé, où on veut échanger un peu plus solidement sur certaines orientations, certains dossiers, qu'importe. Tout le monde qui est allé là ne peut pas se faire accuser d'y être allé pour se faire acheter. Parce que là, ça devient inacceptable. Je pense qu'il faut faire les nuances », a affirmé Mme Marois.

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, a eu un entretien au 357c avec Paolo Catania en 2006 à l'époque où il était doyen de la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke. Ils ont discuté de la Fondation de l'hôpital Charles-Lemoyne, qui était présidée par M. Catania.

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, s'est rendu au 357c quand il était dans l'opposition afin de rencontrer Michel Leblanc, de la chambre de commerce du Montréal métropolitain. Or « le lunch n'a pas eu lieu, parce que M. Leblanc a eu un empêchement de dernière minute et il ne s'est pas présenté. Je pense que j'ai bu un Perrier et je suis reparti chez nous », a-t-il raconté.

Le ministre des Relations internationales, Jean-François Lisée, a déjà été invité au club, à deux reprises, par l'ancien premier ministre Lucien Bouchard. « Les ministres en fonction ne devraient pas manger avec les entrepreneurs, ni là, ni ailleurs. Ce sont des lobbyistes, ils essaient d'influencer le gouvernement. On a une loi sur le lobbyisme. Si des gens veulent rencontrer les élus, il faut qu'ils s'inscrivent au registre des lobbyistes et qu'ils indiquent (leur mandat). Comme ça, tout le monde sait qui parle à qui. C'est bien comme ça», a dit M. Lisée. Il a ajouté : « La règle existe. Personne ne peut prendre un cadeau de plus de 200$. Si c'est dans un club où les choses coûtent très cher, le ministre ou le député devra payer de sa poche. Et s'il trouve que c'est trop cher, il les invitera au St-Hubert ».

La ministre du Travail, Agnès Maltais, est aussi allée au 357c « dans le cadre de ses fonctions ». Elle n'a pas précisé avec qui elle avait soupé mais, chose certaine, ce n'était pas un entrepreneur. « J'ai payé ma facturé », a-t-elle souligné.

Le député libéral et candidat à la direction du parti Pierre Moreau a dîné au 357c « avec des amis qui n'ont rien à voir avec la politique ». « Le fait d'aller au resto et d'avoir des discussions, il ne faut pas stigmatiser les gens pour ça, a-t-il dit. Les questions à se poser, c'est : avec qui et dans quelles circonstances. Ce n'est pas le fait que ce soit un club privé. » Il n'a pas voulu faire de commentaires sur les révélations touchant Line Beauchamp et Tony Tomassi.

« Je vais attendre les faits. On va voir ce qui va se dire », a répondu de son côté le député libéral Robert Poëti. Cet ex-policier a insisté : « Il y a une nette différence entre un club privé (comme le 357c) et le Café Consenza (ancien quartier de la mafia). Il faut quand même être honnête ».

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a lui aussi déjà mangé au club 357c. Il s'inquiète de la collusion des entrepreneurs dont le nom a été évoqué devant la commission Charbonneau et de la rencontre organisée au club avec des individus mêlés au scandale du Faubourg Contrecoeur. Mais il tient à défendre le club 357c. «L'endroit a remplacé le club Saint-Denis», a rappelé M. Legault. Il permet aux gens d'affaires d'échanger.

De plus, le club appartient à Daniel Langlois, qui finance les arts et qui est décoré de l'Ordre national du Québec. On l'a déjà appelé «Monsieur Montréal». C'est un entrepreneur chevronné qui a reçu plusieurs doctorats honorifiques. Il a lancé une fondation pour financer les arts, la science et la technologie, qui a versé des dizaines de millions dans plusieurs pays. On lui doit le complexe Ex-Centris, dont il a épongé personnellement les pertes durant plusieurs années.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer